1. Nuage de lait (2)


    datte: 03/03/2018, Catégories: Gay, Auteur: Grenade, Source: Xstory

    Aurélien sentit son cœur manquer un battement. Il n'aurait su dire si c'était de la pure excitation ou si cela signifiait davantage. Les lèvres tièdes d'Antoine étaient plaquées contre les siennes. Il ne voulait penser à rien d'autre. Rien d'autre qu'à la chaleur humide de cette bouche, à la langue qui caressait la sienne, jouait avec, parcourait ses lèvres. Il frissonna et le frisson se propagea de sa nuque jusqu'à son ventre où la chaleur redoubla d'intensité. Ses genoux fléchirent légèrement, sa langue répondit au jeu de celle d'Antoine. Il aurait voulu se plaquer contre le garçon et sentir son ventre contre le sien, sa verge gonflée de sang battre contre la sienne. Quand leurs lèvres se séparèrent, il eut un petit gémissement d'impatience. Antoine s'éloigna un peu et le regarda une fraction de seconde avant de se diriger vers la porte. Il savait que dans son dos étaient plantés deux yeux bruns inquiets qui se demandaient s'il allait partir. Bien évidemment, ce n'était pas le cas. Il entrebâilla la porte, jeta un œil dans le couloir. Il était désert ; il sortit rapidement et fouilla dans son sac, prit les clefs du vestiaire. Et du coin de l’œil, vit les préservatifs. Il dut s'avouer que ce qui était en train d'arriver, il le souhaitait depuis longtemps. Et que le fait d'avoir des préservatifs à portée de main, dans un sac de sport, n'était pas totalement fortuit. Mais il ne voulait pas aller trop vite et les laissa dans le sac, puis rentra dans le vestiaire. En le voyant ...
    revenir, Aurélien pensa un bref instant que c'était un vrai cliché qu'il vivait là - coucher avec un homme dans les vestiaires. Et puis Antoine ferma la porte et il ne pensa plus à rien. Son esprit était blanc, comme nageant dans une brume épaisse. La tête lui tourna légèrement. Soudain, ils furent tout proches l'un de l'autre. Ils s'embrassèrent à nouveau et la main d'Antoine se posa sans hâte sur le dos d'Aurélien. Contrairement à ce dernier, le garçon avait la tête envahie par une foule de pensées. Il allait devenir bien plus intime qu'il n'aurait dû avec un membre de l'équipe qu'il entrainait. De cinq ans plus jeune que lui, pour couronner le tout. Mais à cet instant, il savait aussi que rien au monde n'aurait pu les retenir. Leurs langues jouaient à nouveau ensemble. Antoine n'aurait su dire combien de temps ils s'embrassèrent avant qu'ils ne soient presque collés l'un à l'autre. Leurs verges se frôlèrent ; Aurélien sursauta presque et eut un infime mouvement de hanches qui fit que leur contact devint tout à fait franc. Contre son sexe bandé, Antoine pouvait sentir celui tout aussi raide du plus jeune. Ils cessèrent de s'embrasser et la main d'Antoine s'aventura vers le bas. Elle caressa d'abord presque insensiblement le gland, la verge, le pubis ; elle descendit ensuite saisir les testicules, les masser légèrement, les titiller du bout du doigt. Aurélien ferma les yeux. Son esprit était toujours aussi embrumé. Il laissa son corps décider de la marche à suivre - et sa ...
«123»