1. Elle aime son corps et les hommes aussi acte II


    datte: 03/03/2018, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: moitoitoi,

    sucer. Luc fait, un pas. Aussitôt, elle se lève et remets sa robe. Luc s’arrête, il est complétement déstabilisé, il a peur qu’elle s’enfuie, comme une bête sauvage. Elle lui dit : « Non pas maintenant, plus tard peut-être » et elle sort du porche de l’immeuble. Dehors, il commence à faire nuit. Luc a débandé. Cela lui a pris quelques minutes. Il n’a pas osé la suivre dans cet état, la bite bien raide, on ne sait jamais qu’il rencontre une connaissance. Alors qu’il attendait que sa verge redevienne, disons, plus présentable en publique, il repensait à ce qu’elle lui avait dit. Surtout la fin de la phrase : « Plus tard peut-être ». Il vient de recevoir un SMS de son ami qui lui demande où il se trouve. Il répond rapidement et lui indique le lieu. Il sort à son tour du porche de l’immeuble, persuadé qu’elle lui a échappé. Il est un peu désabusé, il vient surement de casser quelque chose. Mais ce qu’il voit en sortant en passant la porte du porche le rassure. La jeune femme est là, à 2 mètres de lui. Ce qu’il voit le laisse bouche bée. Elle a les coudes posés sur une voiture, une Fiat Uno noire. Les jambes bien écartées comme si elle attendait qu’on la prenne par derrière, mais pas en levrette. Elle a encore remonté sa robe, ses fesses son bien visible. Mais ce n’est pas cela que Luc regarde, non, c’est l’ombre projetée sur le ciment du trottoir. Ses fesses magnifiquement bien dessinées. Il la prend entièrement en photo. On peut voir ainsi son visage de côté. Voir la beauté ...
    naturelle de cette jeune femme. Une jeune femme épanouie et heureuse de se retrouver dans cette situation. La rue est déserte, elle ne bouge pas. Luc en profite pour se rapprocher. Il se met accroupi, il a maintenant ses lèvres à quelques centimètres des siennes, celles de sa chatte. Il aimerait lui déposer un baiser, mais n’ose pas. La jeune femme ne bouge toujours pas, elle cambre juste ses reins, lui offrant alors une vue magnifique. Cette vue de la femme dont rêve les hommes, le péché défendu. Luc ne s’en est pas aperçu mais sa verge est à nouveau raide, bien raide. Soudain, il entend de spas, c’est son ami qui arrive et le voit dans cette position. L’arrivée de son ami fait fuir la jeune femme. Son ami est lui aussi bouche bée, ce qu’il vient de voir il ne l’avait jamais vu. Une femme dans cette position en pleine rue et Luc sous elle à admirer son anatomie. Il regrette de ne pas avoir eu un appareil photo. Luc se relève, il bande toujours. Son ami lu dit : « Eh bien elle te fait de l’effet mon cochon », e se moquant de lui et en lui claquant une tape sur l’épaule. Luc ne répond pas, ses yeux se portent au loin. Ils viennent de voir que la jeune femme est entrée dans le métro Mabillon. Il décide de la suivre et invite son ami en faire autant. Il se mettent à courir, car si elle prend une rame qui arrive, ils ne la retrouveront plus et ils n’ont pas envie d’attendre encore quelques jours. Elle les a bien excités, surtout Luc, et ils aimeraient comprendre le « peut-être ». Les ...