1. Eliette ou la naissance du monde


    datte: 03/03/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Baiserjouir, Source: Hds

    Ce n’est pas possible, ce n’est pas une jeune femme. Sans doute un rêve en marchant dans la rue. En gros, elle doit avoir 25 ans, une poitrine qui doit faire un bon 85, une taille marquée sur les hanches bien formées. Elle est grande, ne porte que des talons bas. Nous nous regardons, trop sans doute : quand ses yeux ne quittaient pas les miens elle tombe après avoir buté sur un dénivelé du trottoir. Je me précipite pour la relever. Elle est évanouie. Je ne sais trop que faire. Le secourisme n’est pas ma spécialité. Après avoir passé un coup de fil aux urgences, après m’être expliqué enfin on envoie une ambulance. Ma malade est toujours dans les vapes. J’attends, oh pas longtemps, quand les spécialiste arrivent. Pas d’hésitations, un masque à oxygène, un brancard et le voilà embarquée. Je suis pris comme accompagnant. Je fouille dans son sac pour trouver la carte vitale. Il y a dans ce sac une foule de chose que je juge, comme tous les hommes, totalement inutiles. La seule utilité est un paquet de préservatif. La dame est prévoyante. Je trouve aussi sa carte d’identité. Elle s’appelle Eliette. Joli prénom. Je ne peux pas trop la voir dans l’ambulance, recouverte d’une couverture en or je pense. Elle ouvre à peine les yeux : elle est dans les vapes. Elle doit me reconnaitre puisqu’elle me sourit. Si son hospitalisation n’est pas imminente, je dois rester pour remplir je ne sais quels papiers administratifs. Elle est dans un box, allongée sur un brancard. Je peux la voir de ...
    près. Elle prend ma main pour me remercier. Les médecins l’ont vue, elle peut sortir d’ici une petite heure. Je vais l’attendre pour rentrer. Un taxi nous dépose près de chez elle, c’est-à-dire près de chez moi : nous sommes voisins depuis son aménagement d’il y a deux jours ; J’ai beau essayer de lui trouer des défauts, je n’y arrive pas ; elle est belle, le sait mais ne fait rien pour passer pour un pimbèche. Elle va beaucoup mieux maintenant : la preuve elle m’invite à prendre un verre. Je lui fais remarquer qu’elle a eu un malaise il y a peu : les médecins de l’ont privé de rien, alors un verre pourquoi pas. Vu l’heure, je ne veux pas m’attarder chez elle. J’ai juste osé l’appeler par son prénom, alors qu’on fond de moi je l’aurais prise dans mes bras. - Non ne partez pas, restez pour me rassurer. - Vous rassurer de quoi ? - Je ne sais pas ce qui peut se produire. - Alors venez chez moi. - Que diraient mes voisins ? - Quels voisins ? - Nous n’avons pas de voisin proche en tout cas. Elle accepte de venir pour être à l’abri. Je sens que je vais passer une journée formidable avec une très belle sexy fille qui a peur. Si elle a peur de tout, elle aura peur de moi et de mon sexe. A moins qu’au contraire elle en soit excitée. Le repas est vite fait, le traiteur du coin nous livre deux ou trois bricoles qui nous nourrissent : le tout arrosé d’un délicieux vin rosé du pays. Elle me semble en pleine forme. J’ai téléphoné au bureau pour prévenir que je ne pouvais pas venir. Elle ne ...
«1234»