1. Mes débuts de travesti dans la nature...


    datte: 04/03/2018, Catégories: Première fois, Transexuels, Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: kinkyboy75,

    Voici venu le temps de vous conter mes premières aventures de travesti. Autant mon attirance pour les femmes se concrétise dans la séduction et l’échange de Plaisir, autant je confesse un péché plus égoïste dans ma relation avec les hommes… Elle est avant tout née d’un fantasme : celui de voir une belle verge se dresser sous mon effet. Et ce fantasme n’a cessé d’évoluer au fur et à mesure de mes expériences… Commençant par des « mises à nu » dans la nature, juste pour moi-même, caché aux vues de tous, j’en suis rapidement venu aux joies du travestissement… et l’envie de se sentir « excitante ». Et c’est bien ici l’objet de mon récit : imaginer quelque grosse et belle verge grossir et se tendre à la lecture de mes expériences… tout comme je m’excite tout seul à ressasser ces souvenirs des plus érotiques… Laissez-moi vous parler de ce petit bois, à quelques kilomètres de chez moi… Là où j’ai commencé à me promener en tenue de femme, la nuit, seule… prenant plaisir à me sentir sexy en me dandinant dans les sentiers sinueux… A ce stade, je me contentais de balades « en solo ». Effrayée du moindre bruit, anxieuse de me faire surprendre, je faisais toujours une reconnaissance en arrivant. Inspectant les recoins du parking, les allées, les « cachettes »… Et lorsque je me sentais rassurée, je revenais à la voiture pour me changer, et enfiler la tenue de la soirée… Cela variait avec l’humeur : robe légère ou jupe courte, dentelle ou transparence, string, body ou guêpière, bas ...
    résille ou collants ouverts… Autant de panoplies que ma garde-robe pouvait composer… Tout en me changeant, à chaque fois, je me délectais de cette délicieuse sensation : se sentir nue dans la nature… L’air frais qui me caresse… chaque partie de mon corps qui frissonne… Une fois vêtue, je m’engageais dans un chemin, à portée de repli vers la voiture… J’aimais marcher ainsi, je me déhanchais… Je prenais des poses… m’exhibais pour moi-même… Parfois je me déshabillais au fur et à mesure… avançais… pour me retrouver nue, impudiquement nue, au milieu des arbres… Et le fait de me visualiser dans cette situation, exhibée et offerte dans la nature, nourrissait mon désir, et m’amenait insidieusement à me caresser jusqu’à la jouissance… Je n’avais pas encore compris à l’époque que mon envie venait surtout de la possibilité fortuite de se faire surprendre… de se faire mater par un inconnu… Jusqu’au jour où je me suis fait épier pour la première fois par un voyeur… Cette nuit-là, ou devrais-je dire ce matin-là puisque le jour n’allait pas tarder à se lever, au gré de ma promenade, je m’étais arrêtée à une table de pique-nique, entourée de verdure, pour une séance de photos… La luminosité était parfaite : l’aube naissante permettait à la fois de bien discerner mes atouts, tout en me laissant cette part d’ombre et d’anonymat, chère à mes exigences… Cela faisait maintenant quelques semaines que j’avais commencé à immortaliser ces instants, pour les revoir à loisir, chez moi, en me caressant… ...
«123»