1. Alain, ancien professeur (14)


    datte: 05/03/2018, Catégories: Divers, Auteur: Cidoup, Source: Xstory

    Le soleil a disparu derrière les arbres des alentours. Isabelle repose son verre en frissonnant. - Couvrons-nous, il ne fait plus chaud, déclare Christophe. Ils enfilent leur robe de chambre. Alain sourit. Le déshabillé qui enveloppe Isabelle est léger, très léger et laisse deviner par transparence les formes de la jeune femme. - Je pense que nous devrions rentrer, dit-il, le vêtement d’Isabelle n’est pas adapté. - Qu’est-ce qu’il a mon vêtement ? Il ne te plaît pas ? - Oh si ! Il est adorable. Mais je doute qu’il soit assez douillet. Elle réprime un frisson. - Tu as raison rentrons ! Ils tombent sur Manon qui dépose sa veste dans l’entrée. - Tiens ? S’étonne Isabelle, tu rentres déjà ? Nous t’attendions plus tard. La jeune fille n’a pas l’air de bonne humeur et néglige de répondre à sa mère. - Bonsoir Alain. - Bonsoir. - Tu ne m’embrasses pas ? - Euh Si, si ! Il la reçoit dans les bras. Elle tend les lèvres qu’il ne prend qu’après avoir été encouragé du regard par Isabelle. La jeune fille ne se contente pas du baiser et fouille sous la robe de chambre. - Oh dis donc ! Christophe et Isabelle t’ont converti au naturisme on dirait ! - Oui, ils me l’ont fait découvrir. - Et alors ? Ça t’a plu ? - Oui, c’est très agréable. - Puis ça rend les caresses plus faciles, n’est-ce pas ? Insiste-t-elle en manipulant la verge souple. - Laisse Alain tranquille et raconte-nous plutôt ton après-midi, la gourmande Christophe. Manon consent à prendre place sur le canapé entre ses parents. ...
    Alain, honteux d’avoir toléré la caresse devant le couple, referme sa robe de chambre et s’installe sur un fauteuil. - Il n’y a rien à dire, déclare la jeune fille d’un ton rogue, parlez-moi de vous, j’espère que vous vous êtes bien amusés ? - Oui Manon, merci de ta sollicitude, se moque Christophe. - T’as baisé Maman, Alain ? - Voyons ma chérie, intervient Isabelle, tu ne vois pas que tu le gênes ? - Alors réponds-moi toi ! - Oui, il m’a baisé. - Tout seul ? - Non, ton père m’a aidé. - Tu tenais le godemiché Christophe ? Quel effet ça fait ? - Qui te parle de godemiché ? grommèle-t-il. - Oh ! Tu t’es fait enculer par Papa, Alain ? C’était bien ? - Voyons Manon, rouspète Isabelle, ne sois pas grossière. - Note que ça n’a pas du te déplaire Papa. Un petit dédommagement, n’est-ce pas ? Comme par le passé. - Que veux-tu dire par le passé ? Interroge Alain. - Ils ne te l’ont pas dit ? Ta femme venait souvent rendre visite à Papa. Il est abasourdi par la nouvelle. Il s’adresse à Christophe. - Marie et toi, vous Il ne peut achever. - Euh Oui, admet Christophe. - Et tu étais au courant, Isabelle ? - Euh Oui. Ça a même commencé avant nous. Pour tout dire, c’est Christophe qui a insisté pour que je te fasse du rentre dedans. - Oh ! - Oui, il voulait t’offrir une compensation. Alain est atterré. - Ce n’est pas possible ! - N’en veux pas à ton épouse, il y a prescription maintenant. - Ce n’est pas ça ! Moi qui m’efforçais de vous mettre en contact. Pourquoi refusait-elle ? - Elle disait ...
«1234»