1. Masturbation avec maman (1)


    datte: 06/03/2018, Catégories: Inceste, Auteur: Incestman09,

    C’était un après-midi de novembre. J’étais revenu un peu plus tôt à la maison que prévu. Comme à mon habitude, je passai par la porte de derrière. Je devais, apparemment, ne pas être très bruyant, puisqu’en arrivant dans le salon, je surpris ma mère, pantalon et culotte baissés, devant un film porno. Elle était à moitié allongée, portait un top blanc et avait décidé de laisser pendre ses longs cheveux bruns. En me voyant, ma mère poussa un cri. Surpris moi aussi et des plus gênés, je baissai les yeux pendant qu’elle remontait tout de suite sa culotte et fermait les jambes. Elle me demanda ce que je faisais là, je lui répondis qu’un de mes professeurs était absent ce jour-là et je ne pus m’empêcher de rire de la situation. Ma mère était embarrassée, toute rouge, elle était désolée et s’excusait. Elle ne savait plus où se mettre, je lui dis donc que tout allait bien, que ce n’était pas un drame, que tout le monde le faisait de toute façon. Je pense qu’elle fut un peu rassurée. Dans le saisissement de la situation, elle avait oublié d’éteindre la télé et je ne pus m’empêcher de regarder quel genre de porno elle regardait. Il s’agissait d’un vieux film, sûrement des années 80 ou 90, une vieille VHS qu’elle avait dû garder. Quand elle le remarqua, elle éteignit de suite la télé. Cela me fit rire, ce n’est pas tous les jours qu’on surprend sa mère en train de faire « une bêtise ». Je la rassurai encore un peu, en lui expliquant que cela n’avait rien de grave, que c’était sain, ...
    surtout que cela faisait un moment qu’elle n’avait plus connu d’hommes – mon père étant décédé 10 ans plus tôt, lorsque j’avais 9 ans. Avant de partir pour monter dans ma chambre, je lui dis que si elle le voulait, je pouvais lui prêter quelques films de temps à autre, on en fait des beaucoup mieux de nos jours. Elle prit ça sur le ton de la rigolade et me fit signe de m’en aller, mais je lui dis avant de quitter la pièce que j’étais sérieux, qu’il n’y avait aucun souci. Les traits de son visage changèrent ; je pense qu’elle considérait la chose. Et j’avais raison, puisque quelques semaines plus tard, ma mère vint toquer à ma porte, timidement, toujours avec ses petites joues rouges, caractéristiques de quand elle est gênée. « Tu te rappelles quand , commença-t-elle, tu te rappelles quand tu m’as surpris en train de , enfin, tu sais quoi ! – Quand tu te masturbais joyeusement dans notre salon ? La taquinai-je, elle baissa la tête, honteuse. – Oui , tu m’avais dit que tu pouvais m’avoir des vidéos , est-ce que c’est toujours le cas ? » Je lui gravai alors deux DVD que je remplis de vidéos pornos en tous genres, celles que j’avais appréciées le plus et que j’avais gardées. Bizarrement, j’espérais qu’elles plaisent aussi à ma mère, j’avais envie, pour je ne sais quelle raison, qu’elle se fasse plaisir un peu grâce à moi. Et puis , plus rien, au moins pendant un moment. Je lui avais demandé, au dîner, si les films que je lui avais choisis lui plaisaient et elle m’affirma que c’était ...
«123»