1. Pat et Mandy (1)


    datte: 06/03/2018, Catégories: Inceste, Auteur: Matt Demon, Source: Xstory

    Paris, juillet 2014, 19 H 45 Couvert de sueur et haletant, je me redresse et abandonne avec joie le rameur sur lequel je me suis défoncé pendant une heure. Ceci après un footing d’une heure lui aussi. Je suis lessivé lorsque je me glisse sous le jet bienfaiteur de la douche. Levant la tête, bouche grande ouverte, je bois l’eau presque froide qui cingle mon visage. Puis, longtemps après, je rabats le mitigeur et m’enveloppe dans une grande serviette un peu rêche. Dans la grande salle de bain déserte et silencieuse, j’examine mon reflet dans un miroir un peu embué. Un cocker me regarde de ses yeux bruns et tristes. Sans concession, je détaille la bête mélancolique. Les pattes d’oie au coin des paupières, les cheveux drus et indisciplinés qui se teintent de gris sur les tempes, la bouche amère aux lèvres crispées Putain, je n’ai pas encore quarante ans ! J’ai un visage qui plaît aux femmes, celui du Dom Juan que j’étais dans mon adolescence, multipliant les conquêtes. Avant de rencontrer Anastasia. Anastasia. Ma Nastya. Bon Dieu que tu me manques. Six mois déjà et tu me manques autant qu’au premier jour. Mercredi 10 août 1994. Je l’ai aperçue pour la première fois rue de Paradis, dans le 7ème. Un plan de Paris froissé et trempé par une violente averse serré dans ses mains, elle cherchait son chemin, ses yeux bleu pâle naviguant désespérément entre carte et plaques de rue. J’ai aussitôt été ému par sa grâce juvénile et sa beauté de fille de l’Est ; je me suis approché, mon large ...
    parapluie de golf venant la protéger des intempéries. Elle était Ukrainienne, blonde comme les blés de son pays, belle comme l’étoile du matin. J’avais dix-neuf ans, elle dix-sept. Elle venait apprendre le français et cherchait un emploi de jeune fille au pair, j’étais en école de commerce post bac (pas les grandes genre ESSEC, juste une petite école privée sur Paris). Nous ne nous sommes plus quittés. Moi, le séducteur qui collectionnait les femmes depuis mon adolescence, j’étais tombé fou amoureux d’une adolescente gracile au teint clair. Au premier instant je suis devenu prisonnier de ses yeux candides, de sa bouche vermeille, de ses pommettes slaves, de son nez délicatement retroussé J’étais prisonnier et j’ai jeté la clef de ma cellule dans un puits profond, certain de ne jamais vouloir m’échapper. Et voilà. Maintenant je suis riche, j’ai ce grand appartement dans le 7ème, un travail très lucratif qui me plaît. Et je suis veuf. Depuis six mois. Un chauffard ivre a décidé de mettre fin à la vie d’Anastasia, mettant un terme à la mienne aussi. Au début, je me suis anesthésié à l’alcool, malgré le soutien d’Amandine, de mes parents, de nos amis. Et je buvais avec méthode et application, testant les whiskys écossais, au moins une bouteille par jour. Je ne sais comment j’ai pu garder mon boulot ; mes collègues et employés ont su détourner le regard de ma mine de déterré, de ma démarche hésitante, de mon haleine chargée. Mes parents sont rapidement repartis dans leur monde, à ...
«1234»