1. Drôle de voisinage, épisode sept


    datte: 06/03/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Santiano, Source: Hds

    Le lendemain matin, le réveil est un peu difficile, j’ai encore la tête dans les nuages, et des émotions, dans le cœur. En effet, hier soir avec Florence, nous avons vécu un nouvel échange charnel, quand soudain, Robin est entré dans la chambre avec son membre à la main. Il a profité de la jouissance que j’ai procurée à sa compagne pour lui faire l’amour à côté de moi. C’était à la fois très sensuel, mais aussi très érotique. Je savoure ces instants avec passion, car je découvre en moi des vertus que je ne connaissais pas finalement. J’aime le sexe lesbien, le sexe mature (avec Michel, le sexagénaire), le sexe à trois avec mon couple d’amis. Une sorte d’épanouissement total. Il ne me manque plus qu’une chose, tester Robin et son membre supérieur à la moyenne, mais ça risque de prendre du temps, sauf si Florence l’autorise à me toucher. Ça fait presque deux semaines que je vis chez eux, à la suite d’une rupture avec mon compagnon, et franchement, lorsque je vais devoir partir, je sais très bien que le déchirement sera énorme. Mais comme parfois le sort fait bien les choses, j’ai appris que Thomas mon ex compagnon est en train de préparer son déménagement. Bien entendu, un sourire énorme apparaît sur mon visage, car je pourrais sans doute récupérer la location. Mais ne connaissant pas très bien le propriétaire, ça risque d’être un peu difficile. J’en parle à Robin dans un premier temps qui va essayer de prendre contact avec ce dernier puisqu’ils se connaissent depuis ...
    longtemps, et visiblement, il y a des probabilités que cela puisse se faire. Pendant ce temps-là, Florence sort de sa nuit, embrasse son compagnon sur la bouche, et fait de même avec moi. Puis nous prenons notre petit-déjeuner ensemble. Robin part travailler, j’aide sa compagne à faire le ménage dans la maison, tout y passe, le linge, le sol, les vitres, deux vraies fées du logis comme on dit. Ensuite, nous prenons une douche commune, malgré quelques attouchements sensuels, il n’y a aucun rapprochement sexuel. Puis nous prenons la décision d’aller manger dans une brasserie de la ville, et de faire les boutiques. Avec Florence, j’ai l’impression d’avoir une sœur, une aimante, et une copine en même temps. Je peux à la fois me confier, prendre du plaisir, et vivre des moments sympathiques sans arrières-pensées. Nous flânons dans les rues piétonnes de la ville, nous entrons dans les magasins, nous essayons des tenues, nous en achetons, puis nous rentrons à la maison. Sur le trajet, nous croisons Michel, le célèbre voyeur, mais aussi amant. Nous conversons avec lui, puis il nous invite à boire un thé ou un café chez lui. Nous acceptons sans soucis, puis nous nous asseyons sur le canapé du salon. Florence ayant une jupe un peu courte essaye tant bien que mal de s’installer d’une façon qui ne serait pas trop provocante pour le sexagénaire. Celui-ci arrive avec un plateau, composé de trois tasses de thé, quelques biscuits secs, ensuite, il m’embrasse goulument, puis s’assoie à côté de moi. ...
«12»