1. Un samedi pas comme les autres


    datte: 06/03/2018, Catégories: fh, fplusag, alliance, fépilée, ffontaine, fmast, Oral, Oral, fgode, fsodo, bellemere, Auteur: Mcguil83,

    Un samedi pas comme les autres. ° ° ° ° ° Je raconte ici un épisode de ma vie pour les lectrices et les lecteurs de Revebebe. J’espère que vous apprécierez cette journée avec ma belle-mère Yvette, un samedi pas comme les autres, qui n’avait jamais eu de précédent et qui n’aura pas non plus de suivant. Je souhaite à tous les gendres qui apprécient leur belle-mère de la voir autrement que la mère de leur femme, peut-être comme la maîtresse qu’elle pourrait devenir. ° ° ° ° ° C’est samedi, le week-end commence et, avec ma femme Aline, nous accomplissons notre devoir conjugal. Il en est ainsi depuis trois ans, c’est la coutume puisque j’ai le samedi et le dimanche de congés, alors qu’Aline, qui travaille dans une banque, a dimanche et lundi de repos. Nos ébats s’achèvent presqu’à chaque fois par les hurlements de plaisir d’Aline quand l’orgasme arrive, ce qui est souvent le cas le matin, plus que le soir où nous sommes fatigués. Elle se lève ensuite pour se préparer, je l’entends dans la salle de bains, pièce voisine de notre chambre. Je m’attarde quelques minutes supplémentaires au lit pour récupérer de mes efforts avant de me lever et de me rendre à la salle de bains. J’entends l’eau de la douche qui coule et naturellement je pense que c’est Aline qui se trouve derrière le rideau. C’est nu comme un ver, la queue encore raide que je décide de la rejoindre. J’ouvre le rideau et, oh surprise ! Ce n’est pas Aline sous la douche mais Yvette, ma belle-mère ! Le spectacle qui ...
    s’offre à mes yeux est imprévu, fugace comme une série de photos-flash qui défilent devant mon regard. Yvette tient la douchette d’une main et de l’autre elle tente de cacher ce qui peut encore l’être, à savoir sa poitrine qu’elle couvre de son bras disponible. Pour ma part, je vois successivement de haut en bas : sa tête ébahie, son corps nu de femme presque septuagénaire et sa chatte dépourvue de poils. J’avais totalement oublié qu’Yvette était là, comme chaque fin de semaine depuis son veuvage. Je ne sais rien de son intimité, ne m’étant jamais posé cette question, c’est la mère de ma femme et pas plus. C’est donc aussi gênés l’un que l’autre que nous tentons de nous donner une contenance différente des apparences qui ne plaident pas en notre faveur. — Excusez-moi, dit Yvette, j’avais chaud et j’ai pensé qu’une douche avant le petit déjeuner me ferait du bien. Je vous croyais sur la terrasse avec Aline.— Et moi je vous croyais encore dans votre chambre et je pensais que c’était Aline sous la douche, dis-je en refermant le rideau comme un voile sur sa nudité. Excusez-moi aussi belle-maman, je n’ai pas voulu être indiscret. Le petit déjeuner est plutôt austère. Bien sûr, je ne dis rien de cet incident à Aline, et Yvette, en arrivant sur la terrasse vêtue d’une robe d’intérieur longue, ne fait aucune allusion à cet épisode non provoqué. Elle dit bonjour en nous embrassant l’un après l’autre comme si elle venait de se lever. Le déjeuner se passe sans conversation, Aline ne s’en ...
«1234...11»