1. Thérapie par l'adultère


    datte: 07/03/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Micky, Source: Hds

    Agnès avait à peine plus de vingt ans lorsqu'elle franchit pour la première fois la porte de l'entreprise où sa boîte d'intérim l'avait envoyée comme secrétaire. Pierre Bellavoir, le jeune patron de 40 ans, avait tout de suite flashé sur cette poupée aux formes pleines et à la peau rose dont le corps appelait la caresse et un peu plus encore. Au bout d'un mois, il devint son amant et la jeune fille se retrouva embauchée à plein temps. Pendant un an, le patron lui apprit à faire l'amour. Agnès n'avait pas été gâtée au préalable par les rapports sexuels, trop vite expédiés par ses petits amis. Avec Pierre, elle apprit les multiples combinaisons de l'amour et surtout à faire durer le plaisir. L'homme se régalait de cette femelle juteuse qui disait oui à tout, pourvu que sa propre bite soit concernée. Il la baisait à couilles rabattues et elle sortait toujours de leurs ébats fraîche et joyeuse, prête à recommencer. Au bout d'un an, il divorça et six mois après, épousa sa secrétaire très particulière, selon un processus classique. Il lui fit deux enfants, ce qui n'entama en rien leurs relations sexuelles. Pour prévenir une lassitude éventuelle, vue la différence d'âge, il l'incita même à s'accoupler à d'autres hommes dans le cadre de clubs échangistes. Agnès s'exécuta pour le bonheur des clients, qui n'avaient pas toujours à leur disposition un cul et des nichons aussi bien conçus pour l'amour, mais aussi de son mari qui adorait la regarder jouir. C'était sa principale ...
    satisfaction. Mais c'est quand même avec celui-ci qu'elle s'éclatait le plus. Elle aimait quand il s'enfonçait entre ses fesses charnues tout en pétrissant ses obus par en dessous et lui aimait l'entendre manifester son enthousiasme au travail de sa bite. ****** Le temps passa. Vingt ans plus tard, Agnès était toujours aussi appétissante, même si elle avait pris quelques kilos. Ses seins débordaient de son décolleté, ses fesses tendaient jupe et pantalon, ses cuisses se tenaient toujours un peu écartées, comme en attente, sa bouche était toujours aussi gourmande et ses yeux toujours aussi malicieux. "Une belle ronde" disait-on d'elle. Dans sa boite, certains l'appelaient "Candice", comme l'héroïne de la série télévisée, sauf qu'elle était châtain foncé. Pierre s'amusait à voir les vautours tourner autour de ses mamelles complaisamment montrées et se réjouissait qu'on le jalousât. Malheureusement, un événement allait bouleverser la vie du couple. Pierre Bellavoir apprit à 60 ans qu'il souffrait d'un cancer de la prostate. L'opération était inévitable. Il en sortit pratiquement guéri mais diminué. Plus question de pilonner le sexe accueillant de son épouse. Dans un premier temps, Agnès le rassura : "On fera l'amour autrement, voilà tout". De fait, Pierre usa du gode, du doigt et de sa bouche pour tenter de satisfaire Agnès, qui y trouva de réelles satisfactions. Quelques vidéos pornos soigneusement choisies leur permirent d'entretenir une excitation essentiellement manuelle, d'autant ...
«1234...»