1. Mon consanguin (2)


    datte: 07/03/2018, Catégories: Inceste, Auteur: Captainpower, Source: Xstory

    Des deux mains, tel un massage, j’entamai un lent mouvement de va-et-vient sur la tige de chair tandis que j’aspirais goulument le gland dans ma bouche. Thiago lâcha son premier râle, ce qui me fit rouvrit les yeux et les posés sur lui. Thiago, mon consanguin de deux ans mon cadet, me regardait avec intensité, gratitude. Tout doucement, presque subrepticement, ses mains approchèrent et se posèrent sur ma tête, vraisemblablement pour me donner une cadence. Je lâchais aussitôt sa queue tout en continuant à le sucer pour attraper ses mains et les lui coller contre ses flancs. L’excitation sur son visage céda sa place à l’incompréhension. Je continuai à remuer ma tête en prenant de plus en plus de chair dans la bouche sans le quitter des yeux. — Pourquoi ? haleta-t-il. Je gardai le silence, non pas parce que ma bouche était on ne peut plus occupée à le pomper, mais parce qu’agir ainsi était le seul moyen pour moi de garder le contrôle de la situation et de l’acte en lui-même. Et peut-être un peu aussi parce que j’étais une femme provocatrice et que torturer un homme de la sorte faisait partit de mes petits plaisirs personnels durant le coït. Frangin ou pas, il ne dérogeait pas à la règle. Je ressaisis son érection de mes deux mains pour le branler énergiquement pendant que j’accordais un répit non démérité à ma bouche. Je fis couler un filet de bave sur le phallus et m’en servit comme lubrifiant pour humecter toute la longueur. Reposé et paré pour le second round, je levai sa ...
    queue et aventurai mes lèvres vers ses bourses emplies de jus naturel et en aspirai une dans un bruit de succion. Thiago leva les yeux au ciel et jura en portugais. Souriante intérieurement, je pris cette réaction comme un encouragement à poursuivre sur ma lancée. Je lâchai donc la première couille pour faire subir le même sort à sa jumelle. Puis, je remontai de la naissance de sa queue jusqu’au gland en la parsemant de baiser et de coup de langue. — Pitié, Olivia, fit-il d’une voix torturée, laisse-moi te toucher. Juste un peu. J’enfouis sa chair délicate dans ma bouche et posai les dents sur la peau sans émettre aucune pression pouvant le blesser même par erreur et secoua négativement la tête. — Merde !! jura-t-il en remuant son bassin pour me baiser la bouche. Voyant cela, j’eus l’idée de me contenter d’ouvrir la bouche et le laisser se charger des va-et-vient pour voir ce que ça donnait. Je repris très vite le contrôle lorsque par deux fois il tenta une gorge profonde qui manqua de m’étouffer. Ainsi, je continuai ma fellation en alternant avec une léchouille de ses couilles, histoire qu’il n’y’ait pas de jaloux dans le trio que constituaient ses organes génitaux. Au bout d’une dizaine de minutes, plus ou moins, les râles de Thiago se transformèrent en son — Est-ce que je peux venir dans ta bouche ? J’en déduis que la récolte de mon dur labeur était proche. Très bien, je commençais à fatiguer. De nouveau, j’évitai délibérément de répondre à sa question, mais au lieu de me ...
«1234»