1. Warda et Julie, salopes du lycée, chapitre


    datte: 08/03/2018, Catégories: Humour sexuel, Lesbienne, Tabou, Auteur: beur45,

    chuchoter : - Tu as ses photos finalement ? Ouvrant la moitié d’un œil, elle me montre du doigt son téléphone portable posé en évidence sur la table basse. Je me lève promptement pour le ramasser, puis reviens rapidement à ses côtés. Elle repose sa tête à sa place, et sous nos quatre yeux, j’ouvre la première photo. Lorsque je la vois, Je n’arrive pas à retenir un murmure : - Espèce de salope… Elle a bien entendu, mais ne réagit pas, se contentant de regarder sur mon épaule les photos que je fais défiler les unes après les autres. Jamais je ne l’avais vu accepter de garder de la semence masculine en bouche suffisamment longtemps pour prendre une photo. - Tu t’es offerte à ce type plus qu’à n’importe quel homme… Tout ça parce qu’il t’a menacé… L’enfoiré… Elle me met une pichenette sur le menton. Elle n’a jamais aimé me voir jalouse de qui que ce soit. - Oh, ne t’en fais pas… ça n’était pas si désagréable, il ne m’a même pas demandé de me déshabiller. Et pourtant, je n’aurais pas hésité. Et puis tu sais que je n’avais pas le choix : si mes parents apprennent pour nous, ils me renieraient, m’expulseraient de la maison et découperaient ma tête de toutes les photos de famille. Je me retiens de pouffer, c’est assez ironique de la voir dire ça après avoir jouie dans le salon de sa famille. Mais bon, il est vrai que moi la première, je préfère que nous venions faire ça ici plutôt que chez moi. Non que ce soit moins loin, mais plutôt que ses deux parents rentrent tard et qu’elle ...
    n’a qu’une sœur pour fratrie. Moi j’ai deux chiens, à domicile en permanence, et trois grands frères, pratiquement toujours chez moi avant moi. C’était plus compliqué de caller un rendez-vous tranquille. - Mais ne t’en fais pas, reprend-elle. Je vois bien que toute cette histoire t’a excitée, je vais m’occuper de toi… Elle pose doucement l’une de ses mains sur le duvet blond situé juste au-dessus de mon sexe. Je frémis, nous imaginant un moment échangeant les rôles. Je pourrais alors à nouveau sentir sa langue si douce, sans doute en pensant très fort à elle suçant avec talent monsieur Ferrand. En temps normal, c’est sans doute ce que j’aurais fait, mais pas aujourd’hui. A contrecœur, je prends sa main baladeuse avec la mienne, la reposant un peu plus loin. - Désolée Warda, pas aujourd’hui. Je pense que je vais tenter de rester assez frustrée pour demain. Je n’ai même pas besoin de lire son regard pour le deviner : elle est en l’instant à la fois surprise et déçue par ma réponse. Il était rare que je refuse une douceur de sa part. - Pourquoi ? Ne me dis pas que tu ne veux pas un moment de détente avec moi… Juste à cause de ces photos ? Depuis quand me voir m’offrir à un homme te priverais de ton désir pour moi ? Je n’y crois pas une seule seconde. Afin de lui prouver à quel point elle a raison, je me retourne vers elle et l’embrasse langoureusement, passant l’une de mes mains à travers ses cheveux démêlés et l’autre sur son torse, profitant du relief de ses deux tétons bruns ...