1. Une rencontre surprenante


    datte: 08/03/2018, Catégories: fh, fhh, inconnu, vacances, bateau, Oral, pénétratio, Partouze, fsodo, couple+h, Auteur: Louli,

    Nous sommes Bernard, 48 ans, et Véronique, 45 ans. Il y a un mois, nous avons décidé de nous offrir une semaine de vacances en bord de mer ; petit hôtel sympa sur le port, avec de belles chambres et une vue superbe sur le port. Le premier soir, alors que nous faisions une promenade sur le port, nous avons pris place sur un banc devant les bateaux. Nous vîmes devant nous un homme d’une soixantaine d’années s’activer sur son bateau en nous lançant des regards. Je pris alors l’initiative d’engager la conversation, lui demandant quel type de bateau c’était, s’il sortait tous les jours, etc. L’homme, Gérard, nous dit qu’il habitait depuis sept ans sur son bateau et qu’il sortait régulièrement, mais qu’ici c’était son port d’attache. Après une vingtaine de minutes de conversation, il nous proposa de visiter son antre. L’intérieur était magnifique ; un vrai appartement très bien décoré, avec cuisine, salon, chambres, beaucoup de bois. Mon épouse, très portée sur la décoration, appréciait la visite de cet espace. Nous avons sympathisé et il nous proposa de prendre un verre, puis deux, puis trois, et nous nous racontâmes nos vies. Il était veuf depuis sept ans et avait décidé de vivre ainsi depuis. Vers minuit, mon épouse un peu pompette souhaita rentrer, mais elle me dit que si je voulais rester encore un peu, elle n’avait que vingt mètres à faire pour rejoindre l’hôtel. Avec Gérard nous avons refait le monde pendant encore plus d’une heure, et la conversation devint un peu coquine. ...
    Il m’avoua qu’il n’avait pas connu d’autres femmes depuis le décès de la sienne, et que j’avais de la chance d’avoir une si belle épouse. L’alcool débridant nos paroles, il me demanda si nous faisions souvent l’amour ; je m’amusai à lui raconter une partie de nos ébats, ce qu’aimait Véro. Je sentais que cela l’excitait et qu’il buvait mes paroles, m’en demandant toujours plus : ce qu’elle avait dessous ce soir, si j’allais la caresser en rentrant Raconter m’excitait également, et plus je lui en disais sur notre vie de couple, plus je bandais. Il m’avoua qu’avec sa femme, ça n’avait jamais été le déferlement de plaisir et qu’aujourd’hui il se caressait régulièrement malgré ses 69 ans. Nous en sommes restés là et il me proposa de venir dîner le lendemain soir sur son bateau. Lorsque je suis rentré, mon épouse dormait ; mais au matin elle me demanda ce que nous avions fait. Je lui rapportai nos propos et lui dis qu’il avait sûrement dû se caresser en pensant à elle et à ses beaux sous-vêtements noirs après mon départ. Elle me dit que j’étais fou de raconter ça à un étranger, mais je compris à sa façon de me faire l’amour qu’elle était très excitée, d’autant que pendant l’acte je lui disais que je pensais à ce pauvre homme qui n’avait pas touché de femme depuis sept ans et qui devait rêver de son cul en se masturbant. Véro était comme je l’adore, au firmament de son plaisir qui s’acheva par un cri dont nos voisins de chambre durent bien profiter. Nous sommes partis nous balader ...
«123»