1. Un homme et une femme


    datte: 08/03/2018, Catégories: fh, inconnu, grossexe, fête, fsoumise, Voyeur / Exhib / Nudisme, odeurs, pénétratio, occasion, Auteur: David Blonfali,

    chaude l’enlaçait. Elle tenta de se savonner maladroitement mais le contact de ses mains sur son corps la tétanisait. L’image de cet homme, son jean, ses mains, son regard, occupait tout l’espace de ses pensées. Elle réalisa qu’elle le désirait. Elle coupa l’eau, se sécha sommairement, et enfila un peignoir blanc. Elle quitta la salle de bains et s’assit sur le lit ne sachant que faire. La femme resta prostrée ainsi quelques minutes, les cuisses serrées l’une contre l’autre. Puis son regard courut sur le tapis épais, rencontra sa culotte entortillée sur elle-même, puis son soutien-gorge, puis sa ro Elle tressaillit. L’homme était là, dans sa chambre, adossé à la porte il était resté immobile dans une zone d’ombre. Ses deux gros poings serrés sur le tissu pastel, il avait porté sa robe à son nez et inspirait profondément. Elle n’eut aucune peur, ne cria pas. Écartant les bras et baissant les épaules elle laissa glisser son peignoir puis s’allongea sur le lit, les pieds pendant dans le vide. Elle attendit qu’il s’approche en regardant le plafond. Elle entendit un froissement, il avait dû lâcher la robe au sol. Puis des pas. Lui écartant sèchement les cuisses l’homme posa sa main épaisse sur sa gorge. La femme le regarda avec de grands yeux effrayés. Ses deux mains fines agrippèrent l’avant-bras musclé qui maintenait son buste cloué au lit. Elle ne pouvait regarder plus bas mais comprit qu’il défaisait son ceinturon et baissait son pantalon. Une force bestiale émanait de l’homme ...
    qui la surplombait. Cette animalité transpirante l’excita. Elle sentit son ventre chauffer, son vagin palpiter. Ses jolies dents très blanches mordirent sa lèvre inférieure. Son regard mutin, ses pommettes roses et cette bouche infiniment sensuelle hurlant maintenant son désir ardent rendirent l’homme fou d’envie. Ses fesses se contractèrent et il dut se faire violence pour ne pas la brusquer davantage. Une envie primaire, impérieuse et immédiate de posséder ce corps si attirant et si noble l’envahit. Mais il voulait profiter de chaque instant, de chaque étape dans la longue progression jusqu’à sa jouissance. L’homme avait maintenant son jean aux genoux, son caleçon l’y rejoignit. Sa main glissa derrière la nuque de la femme. La main se resserra d’un coup, tremblante d’énergie. Il tira violemment à lui, redressant la femme. Il faisait ainsi rentrer son sexe obscène et gonflé dans son champ de vision. Il maintint son visage à un demi-mètre de son pénis. Elle vit une verge épaisse, veineuse, velue se dresser devant elle. Elle hoqueta de surprise devant cette apparition monstrueuse. Il tenait son sexe à pleine main tout en ayant glissé les deux derniers doigts sous ses bourses. Il soulevait ainsi sa grosse paire de couilles et brandissait son braquemart sur le côté pour qu’elle puisse bien en apprécier la longueur. Pas un mot n’avait été échangé. Il respirait très fort, la bouche entrouverte. Sa respiration à elle était saccadée et très rapide, de temps à autre un filet de voix ...
«1234...10»