1. Pour son plaisir (15)


    datte: 08/03/2018, Catégories: Entre-nous, Les hommes, Auteur: MAURLEO, Source: Hds

    s’est assoupi, je ne l’entends plus. Le Pick-up s’arrête enfin. Deux gardiens viennent nous sortir. Nous devons retirer notre vêtement et c’est tout nu qu’ils nous emmènent sous une tente où nous sommes attachés, ensemble, les mains dans le dos. Jimmy demande au gardien ce qu’il va se passer. Aucun ne répond à sa question. On nous donne enfin quelque chose à manger et surtout à boire : du pain quelques fruits et un bol de lait au goût étrange. J’apprendrai plus tard qu’il s’agissait de lait de chamelle. L’un des gardiens, celui qui semble le plus jeune, nous regarde très souvent. Pour le moment il ne nous parle pas, mais je sens qu’il veut nous interpeler. J’aimerais bien m’en faire un allié, on ne sait jamais. Il quitte la tente un moment puis revient, avec des dattes qu’il nous fait manger chacun notre tour. Il n’oublie pas de nous essuyer la bouche avec un chiffon plutôt sale. Je fais semblant de m’étrangler. Le jeune gardien parle un mauvais français : « tu veux boire ? ». Je luis fais signe que oui. Pour le moment, ce sera notre seul échange. Il nous fait boire à une gourde, de l’eau. Nous allons passer la nuit ici. Notre jeune gardien nous apporte une couverture et des coussins. Il nous détache les mains mais c’est pour nous attacher les pieds. Ma jambe droite est reliée à la jambe gauche de Jimmy. Il nous apporte également un seau et nous fait signe que c’est pour pisser dedans. Enfin, il dépose la gourde contenant de l’eau. Il veillera toute la nuit à l’extérieur de ...
    la tente, comme si on pouvait s’échapper ! La nuit est très fraiche et la mince couverture est visiblement insuffisante. Jimmy tremble de froid et moi-même je ne suis pas fier. On appelle. C’est notre gardien que nous avons réveillé et qui nous amène une peau qui pue mais qui nous réchauffe un peu. On finit par s’endormir, épuisés. Le lendemain, notre jeune gardien entre dans la tente avec un pot rempli d’un produit gluant. - C’est pour les coups de soleil, nous dit-il dans son français. Je traduis à Jimmy. Il nous enduit le corps de cette crème, n’oubliant aucune partie, y compris notre sexe sur lequel il semble s’attarder. C’est un de ses aînés qui vient mettre fin à la séance. Il nous fait monter Jimmy et moi sur un chameau, entièrement nus, juste avec un « chapeau maison » qui nous protège la tête. C’est donc à dos de chameau que nous reprenons la route. Nous sommes attachés, nus, sur l’animal. Nos pieds sont attachés l’un à l’autre et mes bras encerclent Jimmy, mes poignets sont attachés. Jimmy, lui, a les mains attachées à un support sur le chameau. Il nous est quasiment impossible de bouger. Lorsque le chameau se relève, nous avons failli tomber et lorsqu’il a démarré, nos culs semblaient s’élargir à chaque pas. De plus mes mains frôlaient la bite de Jimmy à chaque mouvement. Il est très tôt, le soleil est encore très bas. La chaleur grandit progressivement. Jimmy transpire, moi aussi d’ailleurs mais la crème semble bien nous protéger. Par contre, son odeur n’est pas ...