1. Pour son plaisir (15)


    datte: 08/03/2018, Catégories: Entre-nous, Les hommes, Auteur: MAURLEO,

    très ragoûtante ! On doit sentir le fauve. L’un des hommes, un grand noir, qui semble être le chef, lance un regard méchant à notre jeune gardien. En effet, il se rapproche régulièrement de nous pour nous offrir de l’eau. Heureusement parce que la chaleur est maintenant intense et nous avons soif, très soif ! Lors d’une halte, près d’un oasis, deux hommes s’emparent du jeune gardien qui se retrouve très vite sur le sol, allongé sur le dos. Le grand noir s’approche alors de lui et relève la djellaba du jeune homme, faisant apparaître ses attributs masculins. Il saisit alors une baguette et pendant que deux hommes le maintiennent fermement, leur chef frappe de sa baguette la queue du pauvre garçon. Il serre les dents pour ne pas hurler et garder sa fierté mais nous voyons des larmes couler le long de joue du jeune gardien. Enfin, quand il commence à crier et à se tordre de douleur, le chef le laisse. Les couilles du jeune homme ont presque doublé de volume ce qui l’oblige à marcher en écartant les jambes, ce qui fait beaucoup rire ses compagnons. Lorsqu’il remonte sur le chameau je le vois grimacer. Jimmy a pris peur et se met à pleurer. J’essaie de le consoler en lui disant que c’est un mauvais rêve, que nous allons nous en sortir, mais je n’en mène pas large moi non plus. Pour notre seconde nuit de captivité, les hommes ont dressé trois tentes et ont étendu des couvertures. Nous avons droit à quelques fruits et de l’eau. Un dénommé Hassan, qui était sur place à attendre la ...
    caravane, est chargé de nous. Il nous emmène un peu en retrait pour les besoins naturels. Un gardien nous surveille, un fusil à la main. Les gardiens se partagent deux tentes. Ils dorment tout habillés. Hassan, Jimmy et moi avons la dernière tente. Jimmy et moi, nus, sommes attachés par les jambes comme la veille puis nous recevons une couverture. Jimmy tremble de froid et se love, en boule, contre moi. Hassan se rapproche de nous puis nous frictionne le dos. Je sens les mains d’Hassan me frotter les fesses. J’en bande, même si mon humeur n’est pas à ça. Pendant un instant, nous oublions notre captivité et notre angoisse. Hassan vient nous embrasser chacun notre tour. Il semble désolé de la situation mais ne peut rien faire pour nous. Il nous explique que nous allons dans une grande villa, au cœur du désert. Il nous fait comprendre que c’est un lieu où séjournent de jeunes garçons comme nous. Je sens la main d’Hassan s’attarder sur la bite de Jimmy. Il joue avec le prépuce ce qui a pour effet de faire bander Jimmy, qui semble-t-il s’est réchauffé. La situation dégénère un peu. Jimmy semble maintenant excité se branle ou plutôt guide la main d’Hassan. Hassan remonte sa djellaba pour montrer qu’il bande lui aussi. Sa queue est courte mais très épaisse. Son gland est volumineux. Il veut que je lui présente mon cul. Comme nous sommes attachés je ne peux que m’allonger et relever une jambe. Hassan approche alors son gland de mon cul. Il y rentre péniblement, mais y arrive. Lorsqu’il ...