1. Contretemps


    datte: 08/03/2018, Catégories: fh, inconnu, hotel, voyage, massage, Oral, pénétratio, hdanus, occasion, Auteur: Raphael rêve, Source: Revebebe

    et je ne me souvenais pas avoir eu un tel choix lorsque je m’étais rendu dans ce centre de Saint-Denis de la Réunion. À cette indécision s’ajoute une vague idée que la dernière partie de sa phrase a fait naître dans mon esprit car, quoique de manière quasi imperceptible, j’ai cru sentir dans le ton du réceptionniste que la gamme des choix pourrait être aussi large que je le souhaiterais. — Quand vous dîtes « tout autre massage de votre choix », cela implique quoi ? Je n’ai pas eu de massage depuis très longtemps et j’ai peur d’être ignorant de certaines pratiques.— Nous pouvons vous proposer tout ce que vous souhaitez, Monsieur, absolument tout. J’ose à peine formuler le fantasme qui naît doucement dans mon esprit. — Je j’apprécierais un massage très relaxant.— Cela n’a rien d’exceptionnel, Monsieur. Qu’entendez-vous par relaxant ?— Je j’aimerais éliminer toute les tensions absolument toutes les tensions et puis j’aimerais que ce massage soit doux et sensuel, si c’est possible.— Tout est possible, Monsieur. Souhaitez-vous une femme ou un homme pour vous masser ?— Une femme.— Elle sera là d’ici une heure. Bonne détente, Monsieur. Je raccrochai, un peu gêné. Je me demandais si ce massage aurait bien la connotation que je lui souhaitais. Dans l’attente, et afin de commencer à éliminer les tensions, je me plongeai dans un bain bouillant. Je devais m’être assoupi lorsque j’entendis frapper à la porte de ma chambre. Je m’extirpai de mon bain tout en me rappelant les promesses ...
    voilées de la conversation que j’avais eue avec le réceptionniste. Enfilant mon peignoir, je me dirigeai vers la porte qui s’ouvrit sur une magnifique jeune femme. Les cheveux bruns relevés en chignon négligé, encadraient un visage doux duquel ressortaient deux sublimes yeux verts, un nez fin et une bouche d’une sensualité à faire fondre quiconque aurait la chance d’y accéder. La nuque délicate et le port de tête altier soulignaient la douce assurance de cette jeune femme qui, après m’avoir salué en se présentant sous le nom de Marion, entra d’un pas sûr dans ma chambre, dans laquelle la table de massage avait été installée sans même que je m’en sois rendu compte. Je la regardais passer, quelque peu décontenancé par une telle beauté. Sans la quitter des yeux, je refermai la porte tandis qu’elle ôtait son long manteau noir, manifestement acheté chez un créateur. Elle portait en dessous un gros pull en laine blanche ainsi qu’une jupe, également beige, probablement en daim, qui lui tombait au-dessus des genoux, ses jambes finement galbées étant finalement chaussées de très sensuels talons-aiguilles. Ma timidité naturelle à l’égard des femmes m’imposait encore de douter de la réalité de ce que j’avais commandé, lesquels doutes étaient implacablement combattus par les fantasmes qui déferlaient à la vue de cette apparition. Je voyais les fines mains de cette jeune femme, aux ongles impeccablement manucurés les imaginant parcourir mon corps qui réagissait déjà alors que j’étais encore ...
«1234...11»