1. Ce jour-là


    datte: 10/03/2018, Catégories: masturbation, fh, Collègues / Travail, Collègues / Travail, Voyeur / Exhib / Nudisme, Oral, totalsexe, Auteur: Pumaka, Source: Revebebe

    Je l’ai prise par la main et je la dirigeai vers une pièce plus tranquille. Il n’y avait personne sur le chantier aujourd’hui. Mais il se pouvait qu’à chaque instant un ouvrier arrive pour livrer des marchandises. Mais cette idée n’était pas importante à ce moment-là. Le chantier arrivait vers les finitions. Nous étions entrés dans la zone détente. Elle se serra contre moi, me poussant un peu plus vers l’angle gauche de la pièce jusqu’à ce que nous nous trouvions sous la coupole. Les rayons de lumière inondaient son visage et mettaient en valeur ses formes féminines. Elle était un peu nerveuse mais aussi excitée que moi. Je mis ma main sur sa jambe. Le tissu de son pantalon noir était si souple que lorsque je montais jusqu’à sa hanche je pouvais sentir ses muscles se contracter puis se détendre. Ma main termina son parcours sur sa fesse. La serrant encore plus contre moi. Je ne savais pas à ce moment si elle allait me gifler ; je continuais à la regarder. Elle était belle. Elle était moins distante que lors de nos dernières rencontres. Notre relation a toujours été professionnelle. Étant son subalterne, je m’étais retenu ; mais depuis quelque temps, je m’étais surpris à lui prendre la main. Elle ne m’avait jamais repoussé, ni encouragé. Je regardais ses yeux émeraude. Elle me regardait aussi. Le temps semblait s’arrêter. Je regardais sa bouche, son nez, sa joue. Je sentais le vent qui entrait dans la pièce souffler sur ses cheveux qui venaient caresser mon cou. Elle rompit ...
    ce long moment en baissant légèrement la tête, venant m’embrasser le cou. Elle ferma les yeux et vint chercher ma bouche. Mon excitation montait en même temps que mon érection. Elle devait l’avoir sentie car elle ouvrit les yeux. Nos langues se mélangeaient quand elle reprit l’initiative en levant sa main qui me tenait, me lâchant, puis me reprenant, remontant ainsi ma main vers sa poitrine. Elle avait des seins de bonne taille qui avaient toujours attiré mon regard. Elle devait l’avoir remarqué. Je saisis l’occasion pour prendre son sein gauche à pleine main, puis je glissai mes mains vers le bas du tee-shirt, et des deux mains j’entrepris de le lui enlever. Son tee-shirt noir laissait paraître un ventre musclé et elle leva les bras, me facilitant l’action. Une fois enlevé, elle garda un instant les bras levés, et cette fois-ci c’est moi qui l’embrassai au cou. Mes mains s’en allaient vers les attaches de son soutien-gorge. Celui-ci était raffiné, blanc avec un tissu de motifs en relief. Il seyait à merveille à cette poitrine généreuse. En peu de temps il s’ouvrit ; elle passa les bretelles de ses épaules, libérant sa poitrine, laissant voir une ravissante blancheur et un volume parfait. Sa peau était douce, et mes mains qui avaient retrouvé le chemin de sa poitrine tenaient à chaque bout le téton, qui se durcissait à mon contact. Le toucher me procurait un plaisir fou. Je me pris à les lécher chacun à leur tour, revenant à plusieurs fois. J’aimais son goût. Elle me caressait ...
«123»