1. Un après midi de débauche !


    datte: 11/03/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Mickey57,

    Mais qu'est ce qui m'a pris ? C'est par cette phrase que ma compagne viens de me relater son après-midi, vue l'heure à laquelle elle rentre, les traits tirés et ce sentiment de culpabilité qui se voit sur son visage. Au départ, elle se rend à la Sécu suite à des soucis avec sa mutuelle santé, Il faut savoir qu'a Roubaix elle se situe dans un quartier à dominance magrébines... C'est à contre cœur qu'elle s'y rend, de plus il fait beau en ce milieu du mois de Mars et elle aurait préféré rester à la maison. Elle s'était habillée d'une robe, elle portait également des sous vêtements blanc avec un collant couleur chair (qu'elle n'a plus), elle avait chaussé toutefois des bottes et enfilé une veste gilet en laine. Elle se gare un peu loin cause aux différents sens de circulation de ce quartier qu'elle connait peu et veux aussi profiter du soleil, elle rejoint la CPAM, attends son tour au milieu de cette population qu'elle n'aime pas spécialement et plus encore depuis les attentats. Lorsqu'elle en ressort le soleil est toujours brillant, elle mets ses lunettes de soleil et reprends sa route à pieds pour récupérer son véhicule. Ainsi vêtue il est difficile de lui donner sa petite cinquantaine, sa veste en laine un peu plus courte que sa robe lui donne un côté sexy très agréable à regarder. C'est dans le dédale d'une de ces rues austères qu'elle est interpellée par un homme typé du quartier, un peu dégarnie, légèrement bedonnant, vêtu d'un pantalon de jogging et d'un teeshirt pas ...
    très propre, mais sur le coup elle ne s'en aperçoit pas, au contraire c'est tout l'inverse, il lui semble poli et souriant quand il l'interpelle et lui dit : tu rentres un instant boire un thé ? Que se passe t il dans sa tête pour qu'elle accepte l'invitation ? Il s'écarte et elle rentre, il la suit dans ce couloir étroit, elle rentre dans cette pièce unique comme beaucoup de maisons du Nord alignées en rang d'oignon, un salon séjour donnant sur la rue, la cuisine à l'opposé, ce salon est meublé de deux canapés un peu défraichis, de quelques poufs et de nombreux tapis au sol, le tout autour d'une table basse. Il l'invite à s'assoir sur un des deux canapés, celui-ci s'affaisse un peu lorsqu'elle prend place, il la regarde avec un sourire plein d'envie. Sur le coup elle fait comme si de rien mais dans le mouvement sa robe a glissé découvrant un peu ses cuisses. Il détourne les talons et va à la cuisine chercher la théière et deux verres qu' il dispose sur la table, elle a droit au rituel de ce breuvage mais qui va se révéler malsain. Ils boivent d'un trait ce premier verre, la menthe est très odorante, il lui en sert un second qui est bu dans la foulée et il engage la discussion toujours debout face à elle. Que fait elle dans le quartier ? elle est si différente des gens qui y habitent et elle explique la raison de sa venue. Il la toise et son regard se perd sur les cuisses partiellement dénudées, elle l'a remarqué mais fait comme si elle ne s'en apercevait pas. Il lui ressert un ...
«1234»