1. Crepuscule Texan


    datte: 11/03/2018, Catégories: En solitaire, Auteur: NoirPuissant, Source: Hds

    -- ATTENTION HISTOIRE FICTIVE POUR LECTEURS AVERTIS -- Sally Dixon, la femme du Gouverneur, avait quitte Austin juste après l'heure du déjeuner. L'exécution était prévue pour dix-huit heures, et elle aurait largement le temps d'arriver. Selon les statuts très précis de l'état du Texas, l'acte se déroulait a la prison de Huntsville, a deux cent cinquante kilomètres a l'est d'Austin, une bonne cinquantaine de fois par an. Austin, capitale du Texas, est le lieu de résidence du Gouverneur, une magnifique bâtisse blanche, ante-bellum, avec ses colonnes imposantes. Au fil des mandats de son mari, pendant vingt ans, elle avait su décorer cette maison avec gout, amour, et dévotion. Dans le couloir de la mort, a Huntsville State Prison, il ne restait plus a Mike Schiller que quelques heures a vivre. Fils de la prairie, comme Sally, c'était un garçon de la campagne. Des parents pas très riches, mais chacun un petit boulot, il avait grandi dans les roulottes pourries sur South Padre Island. Cette ile de sable blanc qui borde l'eau bleue du Golfe du Mexique, et qui lui paraissait subitement si lointaine. Malgré cette pauvreté abjecte, son enfance avait été faite de petits plaisirs simples, de pêche a la crevette, de feux de bois sur la plage, et de petits larcins ici et la. Sally était de la bas aussi. Et sa jeunesse dans ces eaux tièdes, brulantes parfois en plein été, lui rappela toute la sensualité libre de ses seize ans. Dans la décapotable, filant a 110 sur l'autoroute vide, elle ...
    accéléra un peu plus, et puis cala la Cadillac en cruise control de manière a libérer ses cuisses bronzées. Chienne de vie. Ce n'était qu'a cinquante trois ans qu'elle commençait a souffler un peu. Et pour en arriver la, elle en avait bave. Seul roc dans sa vie, son mari, Paul Dixon, avait été la depuis le début, ou presque, elle ne l'avait jamais trompe. Elle ne le tromperait jamais, et lui non plus. C'était comme ca. Trop de souvenirs. Et surtout trop d'amour. Un amour qui durerait jusqu'a la mort, leurs morts, et sans doute au de la. Mike Schiller quand a lui, en avait aussi un paquet, de souvenirs. Plus d'une fois le pater lui avait tanne le cuir avec une violence sans nom. L'amour lui, il ne connaissait pas. Ni ses parents d'ailleurs. Sa mère n'avait pas été épargnée non plus. Bizarrement, c'étaient peut être les warden, les gardes, de l'autre cote du couloir, qui lui avaient donne le plus de compassion durant les dernières vingt quatre heures de sa vie. Ils avaient été sympas, des le matin, et a midi, lui avaient cuit le hamburger frites traditionnel avec attention et raffinement. Le gout lui rappelait ses escapades dans les dunes derrieres les roulottes, l'après-midi. Et aussi comment les seins pointus de la jeune fille qui se croyait seule dans les vagues, l'avait profondément excite. Tellement qu'il en avait oublie de manger son hamburger, et gorge sèche, avait descendu son short alors qu'elle sortait de l'eau. Sally s'était arrêtée pour manger vite fait, elle aussi, ...
«1234»