1. Un bon coup non marketing


    datte: 11/03/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Sam senzo,

    Un bon coup non marketing Béatrice s’engouffra dans la bouche du métro Hôtel de Ville. Dans l’interminable tunnel, un courant d’air la saisit au visage, soudain passé du diaphane au rose pâle. Les salves hivernales lui lacéraient la peau comme autant d’entailles sur sa chaleur humaine. Joviale, dynamique, enthousiaste, la trentaine alerte, la jolie brune ne vivait pas, elle pétillait. Ce matin, pourtant, la fébrilité infiltrait sa fraîcheur naturelle. Elle étrennait, ce lundi matin, son poste de directrice de création au sein d’Adverteasing, l’une des agences en vogue dans le domaine de la publicité et du marketing. Après deux ans d’errance entre petits boulots, missions d’intérim et chômage, la chance avait enfin jeté son dévolu sur ses compétences. One woman selfed, Béatrice affectionnait les challenges. Aujourd’hui, elle pouvait porter un costume sur mesure : celui de son métier, sa vie. D’aussi loin qu’elle s’en souvînt, le monde de la publicité l’avait toujours fascinée. Adolescente, elle regardait Culture Pub, comme les jeunes d’aujourd’hui suivent Walking Dead L’imminence de sa plongée dans le grand bain la stressait malgré tout. Indépendante, affirmée, avide de liberté artistique, parviendrait-elle à briller sans faire de l’ombre autour d’elle ? Comblerait-elle toutes les attentes sans négliger les siennes ? On arpente les méandres de la vie active sur un radeau pris entre deux courants contraires : l’Épanouissement personnel et l’asservissement hiérarchique. Si ...
    l’être humain gravit les échelons de l’évolution, il descend surtout du singe, une espèce dont les codes patriarcaux s’apparentent à ceux du monde de l’entreprise. Béatrice arriva sur le parvis de la Défense où trônait, majestueux, un building aseptisé de verre et d’acier. Après avoir montré « badge blanc » au colosse responsable de la sécurité, elle monta directement au quatrième pour rejoindre ses nouveaux collaborateurs dans l’open space. Elle semblait déjà familière des lieux. Venue en repérage une semaine auparavant, elle se fondit dans la masse sans vague ni mer d’huile. À l’aise, souriante, concernée, la brunette conquit immédiatement sa nouvelle équipe. Une conquête au parfum de séduction. Lorsque la mixité trouve son équilibre dans la « balance commerciale », les bilans sont dans le rose. La petite nouvelle ne manqua pas de se taper l’œil contre le sex appeal latin de Fred, un grand brun au regard bleu cyan. L’hidalgo, la quarantaine flamboyante, baissa, quant à lui, rapidement sa garde flegmatique devant l’assaut ravageur de la dernière recrue. Cette femme le subjugua. Son blazer-tailleur blanc neige contrastait avec le noir intense de sa jupe courte. Ses jambes, fuselées, montaient des escarpins blancs ciselés pour une harmonie géométrique sensuelle. Les présentations conclues, Béatrice, escortée de Chloé, regagna son bureau pour travailler sur une campagne pour une marque de chapeaux vintage. À sa gauche, un peu plus loin, Fred ne la perdait pas de vue. S’il ne savait ...
«1234...»