1. Julia...


    datte: 12/03/2018, Catégories: fh, ff, Auteur: Couplemelangiste,

    Sur le coup de onze heures du matin, je suis montée frapper à la porte de la chambre de Julia pour voir comment elle allait. Elle m’invite à entrer. Allongée sur son lit, elle est en train de bouquiner, sa jambe blessée sur un coussin. Je l’embrasse sur les joues et m’assois à côté d’elle, là où Daniel a dormi. L’odeur de son corps et de son after-shave sont restés dans les draps et m’imprègnent aussitôt de leurs effluves délicieux. Je lui demande des nouvelles de sa cheville. Elle me dit qu’elle n’a pas très bien dormi à cause des élancements, mais que c’est très supportable. Je propose de refaire son bandage. Je suis un futur toubib après tout. Elle accepte en riant. Sa cheville encore enflée est cernée d’un vilain bleu. Je la masse très doucement d’un onguent anti-inflammatoire à l’odeur forte d’eucalyptus qui masque presque celle de Daniel. Je fais pénétrer profondément la crème dans sa peau en petits passages lents et doux des pouces pour ne pas la faire souffrir plus que nécessaire. Mais je lui fais mal quand même, je le vois bien. Elle ne dit rien, mais ses traits sont un peu figés et je vois sa lèvre supérieure s’ourler de minuscules gouttelettes de transpiration. Je m’excuse de ce que je lui fais subir. Elle essaye de sourire vaillamment en me rassurant. — Ça va mieux maintenant que les muscles sont plus chauds. Tes mains sont d’une douceur incroyable, continue !— C’est presque terminé. Mais je t’ai apporté une petite récompense pour me faire pardonner cette ...
    douleur que je t’inflige. Laisse-moi terminer le bandage. Je reviens m’asseoir en tailleur à côté d’elle et je lui tends le joint d’herbe pure que j’ai réussi à me faire refiler hier en faisant du hors-piste par deux mecs. Ils fumaient, assis dans la poudreuse jusqu’à la ceinture, le dos appuyé à leurs planches et profitant du paysage magnifique de la vallée sous leurs pieds. Des esthètes ! Sur la promesse qu’un de ces jours je viendrais skier avec eux, ils m’avaient refilé un joint déjà roulé en m’assurant que l’altitude n’avait pas grand-chose à voir avec ces résultats. À usage strictement thérapeutique, confiais-je à Julia d’un air sérieux. Un merveilleux antidouleur. Elle a les yeux brillants, mais n’ose pas l’allumer et elle me trouve dix prétextes. — Ça va sentir. Daniel s’en rendra compte. N’est-il pas un peu trop tôt ? Je dis plein de bêtises quand je suis stone.— J’espère bien que tu vas dire des bêtises et même en faire qui sait ? On est là pour ça, non ? Mais tu as raison, Julia. Rends-moi ça. C’est moi qui vais l’allumer. Elle m’a regardé faire, amusée. J’ai pris le temps de deux ou trois bouffées âcres et d’un nuage blanc de fumée parfumée avant de le lui tendre. — Voilà ! C’est moi qui ai commencé, c’est ma faute À toi maintenant. Elle ne s’est même pas fait prier. Nous l’avons terminé un quart d’heure plus tard en ricanant comme des demeurées. J’ai été ouvrir la fenêtre en grand pour aérer. J’aperçois les traces que j’ai laissées l’autre jour dans la neige en les ...
«1234...7»