1. Le Fauteuil : Chapitre final


    datte: 12/03/2018, Catégories: fh, bizarre, Oral, policier, fantastiqu, sorcelleri, fantastiq, Auteur: Rain, Source: Revebebe

    Résumé de la première partie :Après avoir acheté un fauteuil sur eBay, la vie de Thomas (cadre travaillant dans une boîte de transports) devient un véritable enfer. Il dort très peu la nuit, fait d’étranges cauchemars, dans lesquels son esprit occupe des corps de femmes. Le jour où le patron annonce au personnel de la boîte de transports que Julia, une jeune et jolie stagiaire de l’entreprise, a disparu, Bernard, le comptable de la société, mène son enquête. Il a vu Thomas et Julia quitter ensemble la société la veille de sa disparition. Et lorsqu’il se décide à interroger Thomas à ce sujet, ce dernier se contente de lui dire que Julia n’est pas restée chez lui car elle souhaitait sortir. Mais Bernard est convaincu que Thomas ment Résumé de la deuxième partie : Au cours de ses multiples cauchemars, Thomas incarne successivement plusieurs femmes qui finissent sauvagement assassinées par l’homme qui hante ses nuits. Puis arrive le jour où il entre dans le corps et l’esprit du meurtrier, jour où sa vie bascule progressivement dans l’horreur et la démence Résumé de la troisième partie :Thomas, dans la peau du meurtrier, s’enfonce de plus en plus dans la folie. Il finit par comprendre et apprécier les actes de Philip, le chirurgien que les médias nommeront plus tard Jack L’Éventreur, et décide de poursuivre la mission que lui a confiée le fauteuil. Après une chute dans les toilettes de son travail, Thomas se retrouve à l’hôpital. En pleine nuit, il se réveille en hurlant et ...
    aperçoit la tête décapitée d’Irina (la femme de Philip) qui l’observe de ses yeux dénués d’expression. Dans la main, Thomas serre le scalpel qu’il a vu à l’œuvre lors de ses cauchemars *** Philip jette un œil à l’intérieur de la chambre. La tête de Charles s’agite entre les cuisses d’Irina qui, affalée en travers du lit, écarte les jambescomme une putain. Sa main droite s’est glissée dans les cheveux de son amant qui la dévore en produisant des bruits de succions que Philip trouve répugnants. S’il s’écoutait, il trancherait la langue de son salaud de bras droit. Puis il l’opérerait vivant en faisant en sorte qu’il ne s’évanouisse pas malgré les profondes scarifications que laisserait le scalpel sur sa peau d’Irlandais. Une meilleure idée a cependant germé dans son esprit. Il retourne sur ses pas, marchant précautionneusement sur les lattes du plancher pour éviter de faire du bruit, dépose la dague dans le bureau, retourne au pied de l’escalier, et crie : — CHÉRIE ! JE SUIS RENTRÉ. TU ES LÀ-HAUT ? Des bruits de pas résonnent immédiatement sur le plancher, accompagnés de la voix de sa femme qui se fait entendre sur le palier de la chambre : — NON, C’EST BON, NE TE DÉRANGE PAS, J’ALLAIS DESCENDRE, réplique-t-elle le cœur bondissant dans sa poitrine. Philip sourit et attend patiemment son épouse en bas des marches. Dès qu’il l’aperçoit, il va à sa rencontre, dépose un rapide baiser sur ses lèvres, la contourne, et fonce vers la chambre. Irina, paniquée, le suit et l’interpelle alors ...
«1234...25»