1. Les vacances d'été (2)


    datte: 12/03/2018, Catégories: Hétéro, Auteur: Tictacisback,

    devrait pas arrête je t’en prie Ma résistance n’était pas très convaincante, même moi je n’y croyais pas. Valentine était assise sur mon sexe nu et tendu. Elle ondulait à nouveau du bassin, profitant des sensations que je lui procurais presque contre mon gré. Je tentais encore de résister mais sans plus d’effet. - S’il te plaît, juste une fois, je voudrais savoir ce que ça fait d’être aimée Cette demande était désespérée. Je ne savais pas que ma meilleure amie souffrait autant. Elle profita de l’instant où j’étais sous le choc pour m’embrasser. Langoureusement, amoureusement. Je pense que c’est uniquement pour lui faire plaisir que j’y ai répondu du mieux que j’ai pu. A ce moment-là, je me suis dit « juste pour cette fois, après on en parle plus jamais. ». Bien sûr, je savais que je trompais ma copine mais le plus important pour moi était de rendre heureuse ma meilleure amie. Je l’ai donc serrée dans mes bras et je l’ai basculée sur le lit. Elle était couchée sur le dos, moi au-dessus d’elle. Mon sexe collé au sien, séparé par son shorty et sa petite culotte. Nous avons continué de nous embrasser pendant plusieurs minutes, sur la bouche, dans le cou, les épaules J’ai commencé à descendre, sa poitrine, cachée par son t-shirt me faisait envie. Je lui ai retiré lentement son haut et ai retiré ensuite son soutien-gorge. Quelle belle poitrine elle avait ! Ronde, ferme elle n’était pas aplatie même lorsqu’elle était couchée. J’ai immédiatement plongé dessus, ai léché, sucé, ...
    embrassé ses seins et ses tétons. D’abord le gauche, ensuite le droit, et à nouveau le gauche Elle gémissait fort, me caressait les cheveux en plaquant ma tête contre sa poitrine. Elle parut déçue lorsque je cessai de jouer avec ses magnifiques seins mais cela ne dura que peu de temps car je descendis embrasser son petit ventre, doux et plat. Je continuais jusqu’à hauteur de son sexe. Je l’embrassais à travers son shorty que je retirai presque immédiatement. J’étais nu et elle ne portait plus que sa culotte. Je ne pensais plus qu’à une chose, faire l’amour à cette sublime créature face à moi. Ma conscience s’était envolée, je n’étais guidé que par mon instinct qui me dictait de continuer encore et encore. Je passai mes doigts sur le fin tissu me séparant encore de l’objet de mes désirs. Je le caressai doucement avec tendresse. Faisant pression là où je savais qu’elle ressentirait les meilleures sensations. Je passai ma langue avide sur sa culotte déjà trempée. Je pouvais goûter son jus. Il était bon, un peu amer mais délicieux. Je repassai plusieurs fois ma langue pour la faire languir et continuer à récolter ce doux breuvage auquel je devenais accro. Son bassin accompagnait ma langue et mes doigts. Je voyais bien qu’elle voulait plus. J‘ai donc retiré son dernier vêtement lentement. Elle avait les yeux grand ouverts, elle attendait sagement que je continue. Ses yeux resplendissaient de bonheur et d’envie. Je passai mes mains sur ses cuisses ouvertes, je les caressai sensuellement. ...