1. Voyage Incestueux (1)


    datte: 13/03/2018, Catégories: Inceste, Auteur: pomplard,

    l'air. Je remets de l'huile, la faisant couler le long de sa raie. Ma main rentre sans résistance maintenant. Je m'amuse à entrer et sortir avec de moins en moins de tact. Elle a la chatte béante j’aperçois le plus profond de son vagin. J'y remets mon poing une dernière fois pour lui faire lâcher encore un ou deux feulement. Une fois terminé, je me levais du lit pour aller me nettoyer un peu. En rentrant de nouveau dans la chambre, je la trouve endormi dans la position que je l'avais laissé deux minutes plutôt. Je la recouvre et me couche à ses côtés ensuite. Je ne mis pas longtemps non plus à m'endormir. Ayant un train assez tôt le lendemain, Erika et moi n'avons pas reparlé de la nuit. Sur le quai de la gare, lors des au revoir, j'embrasse mon fils lui donne les instructions d'usage et me redresse vers elle. Elle m'attrape les bras et à la dernière bise, me susurre à l'oreille «Merci, je n'avais jamais autant d'orgasme en une nuit.» Acquiesçant ses paroles d'un signe de tête et d'un sourire, je monte ...
    dans le train et rentre vers Paris. Le train roule depuis peu que je reçois un SMS de sa part. Dessus il est marqué «Pour te remercier de cette nuit inoubliable, je tenais à te faire un petit cadeau. Regarde dans la poche intérieure de ton sac à dos et dis moi si ça te plais.» J'ouvre mon sac à dos regarde dans la poche et découvre une boîte noire. Dedans se trouve des boules de Geisha, un string avec de la cyprine dedans et un mot. Sur ce mot, Erika m'informe que c'était les boules qu'elle avait à la plage et le string souillé et le simple résultat d'avoir passé une soirée au restaurant avec moi. Je porte le string à mon nez. L'odeur de sa cyprine me déclenche une érection immédiate. Après l'avoir respiré plusieurs fois, je mets le string dans ma poche et me dirige vers les WC du TGV. Une fois à l'intérieur, je pris en photo l'effet que ce merveilleux cadeaux m'a provoqué et l'envoie à ma sœurette. Elle me répondit «Je m'en doutais, vivement la semaine prochaine, ;-).» Oui vivement la semaine prochaine.
«12...6789»