1. Partouze habituelle, avec ma femme


    datte: 13/03/2018, Catégories: Plus on est, Auteur: Baiserjouir, Source: Hds

    tout cas avec Claire, nous commençons à baiser vers 22 heures pour finir très tard. Tout y passe depuis une masturbation conjointe, très efficace. Elle jouit bien plus que moi, en nombre d’orgasme. Je lui fait ouvrir les cuisses: elle m’offre tout son con. Ma langue qui pourtant le connait bien a toujours des difficulté à se fixer: elle rode depuis son anus, où elle rentre un peu, entrainant une jouissance, jusqu’à son bouton: il me plait plutôt: juste un peu enfoncé avant que ma langue l’atteigne, il grossit vite sous ma langue. Je le lèche avec gourmandise. Et puis le goût de sa fente . Je ne m’en lasse pas. Comme je sais, parce que ma femme me l’a dit Paul aime aussi son goût. Je ne me lasse pas de la faire jouir. Enfin elle se donne. Elle m’attire avec ses mains tendues: je vais sur elle, entre ses jambes bien ouvertes. Quand je suis sur elle, elle n’attend même pas que je sois en elle, ses jambes sont déjà sur mes reins. Je suis à peine à l’entrée de son vagin. J’entre toujours lentement pour mieux profiter de la douceur de son con. Par contre, une fois en elle, je vais et viens. Elle gémit longuement, comme si elle jouissait. Quand ça lui arrive souvent elle serre son vagin autour de ma bite. Au bout d’un moment je la fait tourner sur le ventre. ...
    Je pose mon pubis contre ses fesses qu’elle écarte en mouillant soin son anus? J’entre dans ce cul serré où j’aime mettre ma bite. Je la lui met au fond le plus possible. Et là, elle recommence à gémir. Elle me dit souvent de ne pas arrêter, qu’elle adore quand je l’encule et une foule de mots sans suite. J’aime sentir son anus se resserrer à chaque orgasme. Elle me demande de lui mettre le gode dans le con pendant que je l’encule. Elle réclame depuis longtemps une double pénétration. Elle l’aura sans doute la prochaine fois. Nous arrêtons notre baise vers 3 heures, soit pratiquement nos sexes emboités pendant 5 heures. Nous redescendons pour trouver nos conjoints encore nus. Ils s’embrassent: la main de Paul branle encore ma femme qui le lui rend bien. Nous changeons de cavalières pour retrouver nos légitimes qui s’embrassent une dernière fois. Nous prenons des nouvelles des plaisirs que nous avons eus. Nous devons être à égalité. C’est rare de voir des couples qui ont les même amant se féliciter des performance de l’époux ou épouses. Pour la prochaine nous devons faire une partie carrée. En attendant dès le lendemain matin nous baisons avec Julie. Elle me raconte en détail tout ce qu’elle a comme plaisir avec Paul, surtout quand il le lui a mise au cul.
«123»