1. Isabelle, le temps d'un trimestre. I


    datte: 13/03/2018, Catégories: Lesbienne, Mature, Auteur: LaurenceAix, Source: xHamster

    visite amicale de quelques jours dans la cité phocéenne, et pour les deux complices les retrouvailles étaient toujours prétextes à bien des jeux amoureux. C’était maintenant la fin août. La rentrée approchait pour Isabelle, et pour Muriel qui tout à l’heure prendrait le train qui la ramènerait vers sa vie choisie et lointaine. « Alors c’est dit ! Tu vas me les séduire toutes les deux, et tu me raconteras ça en décembre, quand je reviendrai. » « C’est dit, c’est dit… Attend, c’est pas sûr que sa marche ! » « Ça va marcher super bien. » « J’ai quand même quarante-six piges… » « Arrête, t’as vu ton corps ! Les gamines elles vont adorer faire ça avec toi. À mon avis elles se doutent déjà qui il y a moyen avec la prof… » « Pfff… Me fait pas rire comme ça, ça secoue là-dedans ! » « Oups t’as raison, il a failli sortir, cet engin, ce serait dommage ! » De nouveau il fallu assurer la double pénétration du jouet bienfaiteur, de nouveau leurs mains se rejoignirent entre leurs cuisses. Mais aussitôt Muriel repris : « Et tu vas me prendre des photos, que j’aie la preuve ! » « Eh ! Comme tu y vas… et si ça le fait pas, je perds quoi ? » Isabelle était un rien inquiète. Y avait-il anguille sous roche ? « Tu perds rien, n’aies pas peur mon Isa. C’est juste un petit challenge, comme ça, pour le plaisir, pour le fun. Et ça va marcher. » « Ok. J’essaie et je te raconte ça. Doucement, bouge un peu… oui… comme ça… » « Oui, voilà… c’est bon… et tu prendras des photos, hein ? » « Oui… » De ses ...
    seins Muriel effleurait la peau blanche du dos d’Isabelle. Poitrine très menue, un rien tombante, mais avec la particularité d’aréoles très larges et brunes, qui de ce fait s’élargissaient sur plus de la moitié des mamelons (dépassant toujours abondamment des soutiens-gorge balconnet de petite taille qu’elle affectionnait et laissait volontiers entrevoir dans l’échancrure de ses corsages), aréoles qui, très sensibles et érectiles sur toute leur surface et non seulement de la pointe, redressaient et durcissaient dans les moments d’excitation toute la petite poitrine en lui donnant la forme bien originale de deux porte-manteaux, trahissant malicieusement ses désirs et ses plaisirs. Isabelle adorait cette particularité, elle dont les tétons bien roses, maintenant triturés par les doigts experts de son amante, prenaient rapidement l’aspect non moins ravissant de deux grosses tétines bien gonflées qui n’auraient pas dépareillé sur certains biberons, au-devant de deux pommes encore hautes perchées et d’une rondeur bien harmonieuse pour sa quarantaine, fort bien entretenue il est vrai. Jouant ainsi, l’une derrière l’autre, reliées par leur joujou chéri, elles échangeaient sans cesse de voluptueux baisers, Isabelle tournant toujours élégamment sa tête vers l’arrière et Muriel s’inclinant au-dessus d’elle pour que leurs bouches s’épousent plus aisément. Puis la rouquine, la meneuse, « Mumu », dit : « Dis donc, tu sais que moi je ferais bien une petite visite de ton appart… Tu te souviens ...
«1234...8»