1. Descente aux enfers


    datte: 13/03/2018, Catégories: fh, voisins, grossexe, grosseins, poilu(e)s, fsoumise, humilié(e), Voyeur / Exhib / Nudisme, fmast, fsodo, scato, confession, voisins, Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: Deborahborah, Source: Revebebe

    jours pour quitter l’appartement et qu’en attendant, il irait vivre à l’hôtel, le temps que je trouve un appart. Je suis restée bouche bée, debout dans le salon vêtue de sa nuisette noire préférée, d’un string assorti et d’une paire d’escarpins noirs à hauts talons. Comme une conne, je l’ai regardé sortir de l’appartement sans moufter, les bras ballants et les seins à l’air. J’ai pris deux somnifères et je suis allée me coucher. Le lendemain, j’ai essayé de le joindre toute la journée en pleurant, le suppliant de me rappeler pour me donner des explications. Deux jours plus tard, je reçus une lettre recommandée me signifiant mon licenciement à effet immédiat. De rage, j’ai téléphoné à mon avocat, puis aux prud’hommes. Résultat des courses, nous nous sommes retrouvés devant un conciliateur, lui n’est pas venu, et ils m’ont expliqué, en gros, qu’il me proposait de me payer pendant un an si je laissais tomber les poursuites, que je risquais de perdre de toute façon. J’ai essayé de leur dire que je n’avais que ce boulot, qu’il était tout pour moi et qu’il m’allait être difficile de trouver quelque chose d’autre. Rien n’y a fait. En fait, il avait les achetés. J’ai accepté. Mais là où je me suis fait baiser en beauté, pour une fois, c’est qu’il y avait dans mon contrat une clause de non-concurrence de deux ans, d’une valeur de vingt mille euros, j’avais aussi complément oublié dans mon désarroi, qu’il m’avait fait mettre toutes mes économies dans des placements à son nom pour ...
    qu’il puisse défiscaliser un maximum. Je me suis retrouvée sans un sous avec un salaire honorable mais que pour douze mois. J’ai trouvé un appart dans un HLM miteux, au loyer très abordable en attendant de trouver du travail. Pendant six mois, ça a été la grosse déprime. Médecins, psychologues, pharmacie, etc. Je ne sortais pas de chez moi, je fumais, je buvais, je pleurais beaucoup et le maudissais énormément. Puis un jour, je me suis dit qu’il fallait que je trouve du travail. J’ai acheté un ordinateur portable, pris une connexion internet et j’ai commencé à postuler. Il m’a fallu quasiment six mois pour obtenir un entretien. Il m’avait grillé de partout, en me faisant passer pour une hystérique, une voleuse, une magouilleuse. Les vingt mille euros de clause de non-concurrence n’arrangeaient rien à l’affaire pour ceux qui auraient eu la volonté de m’embaucher. Pour le premier entretien, j’ai voulu remettre mon joli tailleur noir, sauf que sauf que j’avais pris du poids et que j’ai eu un mal de chien à rentrer dedans. Il me moulait les fesses d’une manière obscène et je ne pouvais quasiment pas fermer la veste et impossible de mettre mon chemisier. Trop tard pour aller faire des courses, obligée d’y aller comme ça. Mon un soutien-gorge balconnet qui, lui aussi, commençait à être trop petit. Car nous les femmes, nous prenons de la poitrine lorsque nous prenons du poids. Comme si j’avais eu besoin de ça. J’ai donc mis mon soutien-gorge à balconnet et par-dessus, uniquement ma ...
«1234...»