1. La Saga des esclaves au Château du Marquis d'Evans (épisode N° 622)


    datte: 13/03/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Auteur: MAITREDOMINO, Source: Hds

    on redistribuait vingt coups supplémentaires au douze stagiaires, et là encore, il fallait entendre une mouche volée, sinon on recommençait encore et toujours. La seconde s’adressait à celui ou ceux qui avaient osé émettre un son, il(s) servai(en)t pour la journée entière d’urinoir à tous les autres stagiaires. Avec le temps et la ritualisation de cette séquence, il était devenu bien rare qu’un stagiaire s’oublie. Les chiens soumis mâles avaient appris à accepter ce dur traitement quotidien, à ne rien dire et se laisser battre, et ce qui était incroyable et extraordinaire, tous prenaient consciences que ces exercices douloureux leur permettaient de développer leur soumission et leur masochisme en leur apportant une certaine forme de plaisir. Sitôt détachés, ils se positionnaient immédiatement en levrette et se prosternaient aux pieds du Maître qui les avaient entrainés pour le remercier de ces terribles mais néanmoins délicieux traitements. Ce n’était qu’une fois leur cul bien rougi par l’épreuve qu’ils étaient conduits par l’Educatrice et pouvaient aller se nourrir de cette nourrissante bouillie. Bien sûr, là encore, le temps était compté – pas plus de quinze minutes, pour avaler à quatre pattes cette texture compacte et calorifiques. Ils étaient ensuite dirigés vers la salle de douche et devaient, sous le regard sévère de cette Domina, se laver correctement, hormis leur queue toujours encagée, puis venir près d’eux se faire contrôler et se présenter à l’inspection. La ...
    posture était forcément outrageante. Chacun leur tour, ils s’approchaient respectueusement, le regard bas, les mains dans le dos devant La Dominante présente, puis au claquement de doigts, se retournaient, inclinaient leur tronc à 45 degrés en s’attrapant de leurs deux mains, les lobes fessiers pour s’écarter la raie et présenter leur trou anal. Ils subissaient alors un toucher rectal en profondeur, ce doigt venait et allait deux ou trois fois, et dès qu’il ressortait de leurs entrailles, les slaves, s’agenouillaient, cette fois-ci, face à l’Educatrice, ouvraient la bouche en tirant la langue. Le majeur alors s’essuyait sur cette langue tendue, valait mieux pour eux qu’il soit propre Après la douche, les slaves, trois par trois, reformaient leur petit groupe et étaient repris en charges par leurs éducatrices et partaient à cette heure-ci, faire les larbins auprès des Maîtresse Ella de Maîtresse Marina et de son amie Lauren, venant tout juste de se lever. Un premier groupe préparait leur petit déjeuner pris en commun, un autre s’occupait de napper et dresser la table et le couvert, le troisième rangeait et nettoyait la cuisine, bien souvent laissée en désordre après le diner de la veille au soir. Enfin le quatrième groupe restait à la disposition des Maîtresses et de Madame Lauren et s’occupait du service. Bien souvent ce dernier groupe se retrouvait très vite, sous la table du petit déjeuner. Leurs langues offraient leur service et se régalaient de ces nectars intimes coulant à ...