1. Les émois de Valériane - 1/3


    datte: 13/03/2018, Catégories: hplusag, hotel, voiture, autostop, intermast, Oral, init, Auteur: Laure Topigne, Source: Revebebe

    L’année qui s’est ouverte en septembre s’annonce décisive. Ce sera celle des concours et de la vraie mise à l’épreuve de mes savoirs, mais je suis sans illusion, l’école des Chartes n’offre que douze places par an, chèrement disputées. Il me faudra me réaliser ailleurs, autrement. Je me présente : Valérie, une jeune fille d’à peine vingt ans, souvent appelée Valériane, sobriquet qui désigne une plante dont on tirait dans le passé des philtres d’amour et dans le présent tout un programme ! Je suis une bonne élève, friande de littérature et de belles lettres, sérieuse jusqu’à trop, alliant une once de timidité à beaucoup de réserve. Cette réserve trouve son origine et son explication dans le fait que je ne me sente pas à l’aise dans mon monde, celui de mes pairs, par rapport auquel je me considère un peu déphasée. Physiquement, je culmine du haut de mon mètre soixante-deux que je tends à amplifier, dès que j’en ai l’occasion, par de hauts talons qui galbent admirablement mes mollets et mes jambes parfaitement fuselées. J’adore me déhancher pour balancer une croupe rebondie, juste ce qu’il faut, et musclée sans excès grâce à des pratiques sportives tempérées. Je constate qu’alors les hommes, quel que soit leur âge, y compris les ancêtres, se retournent à mon passage pour me reluquer sans vergogne. J’ai la taille bien prise et ne déteste pas, même si au demeurant je ne pique pas, l’étrangler avec une large ceinture abusivement serrée pour la réduire à une incontestable taille de ...
    guêpe. J’arbore un buste ferme et déjà conquérant, ma petite fierté, que j’aime pointer, mine de rien, en toute innocence, jusqu’à sous le nez de mes professeurs qui éprouvent dès lors les plus grosses difficultés à l’ignorer. Selon ma meilleure copine Émilie, tous, y compris mademoiselle Provence, une vieille fille acariâtre, prof de latin, louche sur lui à l’envi en blêmissant. Mes amies me disent aussi que j’ai un visage céleste et quelquefois me surnomment « face d’ange ». Il me faut en effet admettre que ma figure reflète innocence et puérilité, ce que je conjugue avec un air évaporé, renforcé par mes grands yeux verts planant toujours sur des horizons ignorés, comme en quête de rêve. J’encadre cette bouille songeuse de longues et soyeuses boucles brunes qui s’harmonisent à mon teint mat et halé. En dépit de cette mine juvénile, on me prête régulièrement deux ou trois années de plus que je n’en compte réellement, sans doute en raison de mes formes accomplies. Bref, une superbe jeunette bien dans son corps, moins dans sa tête, hormis lorsque j’égare celle-ci dans mes livres. Tout cela me vaut de nombreux soupirants et moult soupirs sans que ceux-ci ne me troublent vraiment. Quant au sexe, j’ai eu quelques flirts avec des jouvenceaux de mon âge, mais si sots. Nous avons échangé quelques baisers plus ou moins chastes, plus dans les faits, moins dans les intentions, quelques attouchements réciproques et il m’est arrivé de pousser jusqu’à jouer avec eux à touche-pipi sans que ...
«1234...26»