1. Le chemin de l'école partie 19


    datte: 16/03/2018, Catégories: Lesbienne, Tabou, Auteur: flolelyon85,

    Le lendemain matin, en arrivant au travail je croise Thomas. Depuis quelques semaines, il a lâché son travail d’ambulancier au profit d’un poste de sapeur pompier professionnel suite à la réussite du concours. C’est donc en uniforme qu’il dépose Mathieu à l’école avant d’aller prendre sa garde à la caserne. Le petit me saute dans les bras quand il me voit. T’as vu mon papa comme il est beau et fort avec son uniforme ? Moi aussi je serai pompier quand je serai grand ! Je rougis : c’est vrai qu’il est canon son père avec son uniforme. Je dirais même qu’il est très excitant… si seulement on était seuls… Soudain le désir qui montait en moi laisse place à la jalousie : toutes les mamans de l’école passant dans le couloir le reluque de la tête aux pieds, arrêtant bien leur regard sur son cul bien mis en valeur dans ce pantalon. Je fulmine. Je dépose le petit à côté de son père. Tu feras un très beau métier alors, et papa et maman pourront être fiers de toi. Je me redresse et salut Thomas d’un distant « bonne journée monsieur » avant de prendre la direction de ma classe. Quelques minutes plus tard, je reçois un message de Thomas : « C’était quoi cette réaction avant ? » « Si tu avais vu les regards que toutes ces pouffiasses te lançaient ! Limite la bave coulait de leur bouche… Si j’avais pu les frapper.. ou mieux ! leur rabattre leur caquet en te roulant une pelle… » « Tu vois, si on était officiellement ensemble, elles seraient toutes jalouses de toi parce que tu tapes le pompier ...
    le plus sexy et le mieux bâti du village… » « Ça va le melon ? » « Un peu d’humour ne fait de mal à personne  » « C’est vrai… puis c’est loin d’être faux… bien que je n’ai jamais vérifié le matériel de tes collègues… » « Et ça n’arrivera jamais ! Tu vas faire quoi cet après-midi ? » « Je vais chez Sandrine.… » « Très chaud comme programme… j’aimerais bien être une petite souris moi… » « Je te raconterai tout dans le détail. Ce sera un peu différent. Tu as une garde de combien cette fois ? » « 36h. Je sors demain à 20 heures de la caserne. Je t’envoie un message quand je suis à la maison. Comme ça, s'il est pas encore rentré, on peut s’appeler, et pourquoi pas se voir… allez je te laisse. je t’aime ma déesse. » Je range mon portable et la matinée se passe. A midi, je rentre chez moi prendre une douche et enfiler une tenue plus adéquate avec mes activités de l’après-midi, puis je me dirige vers chez Sandrine. On commence par discuter avec Léa, sa cousine, de la découverte de notre attirance pour le même sexe puis de la façon dont nous avons franchi le cap. Elle est très curieuse et je la sens bien plus coquine que l’image de petite fille qu’elle essaie de se donner. Sandrine a du se dire la même chose que moi parce qu’elle me regarde en coin, l’œil gourmand. Elle se penche vers moi et commence à m’embrasser, d’abord tendrement, puis plus sauvagement. Elle commence alors à caresser mes seins à travers mon top. Je jette un œil à Léa et constate qu’elle nous regarde avec envie. ...
«1234»