1. Souvenirs, souvenirs


    datte: 02/11/2016, Catégories: hh, sport, forêt, cérébral, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, hmast, nopéné, confession, regrets, occasion, masth, Auteur: Arthus, Source: Revebebe

    Je m’appelle Gilles, j’ai 62 ans. Il y 22 ans, j’ai eu une petite expérience particulière qui m’a énormément marqué ; je m’en souviens comme si c’était hier. Je vais tenter de vous raconter cet épisode de ma vie. Soyez indulgents : je dévoile pour la première fois une partie de mon jardin secret. Je suis bien à courir au milieu de cette forêt du Jura. Il est tôt. Malgré la difficulté du parcours, j’aime sentir l’odeur de la forêt, je suis en osmose avec la Nature. Pour ne rien vous cacher, je porte juste un tee-shirt et mon vieux short d’athlétisme, sans rien dessous. Oui je sais, c’est pas bien, mais qu’est-ce que c’est agréable de courir ainsi ! Tiens, voilà le jeune homme que je croise tous les matins. Je suis à la fois ravi mais aussi perturbé de le voir arriver ; depuis une semaine on se salue. Au début, c’était juste un signe de tête, et au fur et à mesure nos bonjours sont devenus plus chaleureux. J’ai décidé de m’arrêter pour engager une conversation. Il se rapproche de plus en plus. À mon avis, il a plus de 20 ans, et à vue d’œil il mesure 1,80 m. Franchement, un corps d’athlète ; je l’imagine bien faire de la gym. Il est brun, cheveux très courts. Je devine sous son maillot un corps musclé ; il a une belle foulée, des longues jambes. Je me surprends à l’admirer ; il est vrai que depuis quelque temps je fantasme sur les hommes. J’en ai honte, mais je ne sais pas pourquoi je suis attiré. Je me dis c’est du pur fantasme, que ça va passer. Malgré mon semblant ... d’assurance, je suis malgré tout un timide ; plus je le vois se rapprocher, plus j’ai le trac. Je prends mon courage à deux mains. Qu’est-ce que je risque ? Qu’il continue son chemin ? Pas grave, j’aurai tenté au moins. — Bonjour, je m’appelle Gilles ; c’est sympa de se croiser tous les matins.— Oui ; je m’appelle Francis. On entame une conversation, et tout de suite le feeling passe. Il n’est pas gymnaste comme je l’avais imaginé, il est footeux ; nul n’est parfait. Il fait du fond pour préparer sa saison. Je lui explique que j’ai pratiquement fini mon parcours et que j’allais faire une séance d’abdos, dans une espèce de petite clairière à un kilomètre de là. Je lui propose de venir avec moi. À ce moment-là, je pensais qu’il allait refuser ; surprise : il accepte. Nous arrivons assez rapidement. J’ai découvert ce petit endroit tout à fait par hasard en sortant des sentiers battus. Assez étrangement, c’est un petit bout de terrain qui mesure environ 4 mètres sur 4, complément dégagé de végétation ; sur le sol, un véritable tapis de mousse. Et le plus étonnant encore, baigné par le soleil : pas un arbre pour empêcher les rayons de chauffer le sol. Francis est agréablement surpris On commence nos exercices. On se met face à face, d’abord debout pour différents mouvements de culture physique classique ; ensuite on se met sur le sol, allongé sur le dos, sur les coudes. La mousse est légèrement humide ; j’avoue qu’au toucher sur la peau, ça donne des frissons, sensation malgré tout très ...
«1234»