1. Les bonheurs de Sophie (2)


    datte: 19/03/2018, Catégories: Transexuels, Auteur: yphos,

    Sophie 2 Quelques jours après Victor téléphona, après avoir décroché, il me dit : « prépare toi Sophie, je viendrais à 16h ! ». Cela me laissait une demi heure pour me transformer en femme. Car c’est ce qu’il entendait par « prépare toi » J’allais dans la chambre de ma mère choisir ma tenue. Culotte échancrée en dentelle, Bas fumés, porte jarretelle rouge, nuisette noire transparente, souliers à talons hauts, la perruque blonde cendrée Je me mise nue puis préparais mon anus avec du lubrifiant. Après avoir essuyé l’excédent de gel, j’enfilais les bas que je fixais aux jarretelles, j’enfilais ensuite la culotte qui recouvrais mon sexe bandé d’excitation. Je fixais les lanières de mes souliers. Je revêtis la nuisette et nouais les petites ficelles sur le devant. Devant la glace de la salle de bain j’ajustais ma perruque et fit un maquillage léger des paupières, puis un rose aux lèvres. J’étais parfaite... Je tremblais d’excitation, mon amant, Victor, également l’amant de ma mère, allait venir s’occuper de moi ! J’espérais qu’il me prendrait comme la dernière fois où il m’avait dépucelée. Mon anus frétillait à l’idée d’une sodomie sauvage. J’allais attendre dans le salon, allongée, lascive, sur le canapé. J’entendis la clé dans la serrure puis la porte s’ouvrir. Il entra, me regarda, défit sa veste, sa cravate et sa chemise et vint près de moi, il me caressa les chevilles, les cuisses, les fesses qu’il pétrit de sa poigne. Il saisit mon sexe et le malaxa. Je frissonnais ...
    d’excitation sous ses caresses, je mis une main sur son torse velu qui exprimait la virilité et la force. Puis, il glissa sa main entre mes jambes sous ma culotte puis me mit un doigt sur l’anus. Il fit tourner son doigt en s’enfonçant. J’écartais les fesses pour faciliter la pénétration, je me cambrais, me tortillais sous sa caresse, je bandais en déformant ma culotte de dentelle. Il se mit sur un genou, me saisit la tête et m’embrassa fougueusement Maintenant, son doigt allait et venait en moi au rythme d’un coït, sa langue tournait dans ma bouche, je frissonnais de plaisir. Il sortit son doigt, à mon grand regret, se releva puis ouvrit sa braguette. Il fit sortir son gros zob et m’ordonna de le sucer. Je me redressais, puis engobais le gland décalotté, comme c’était bon ! Je me mis à aspirer tout en le branlant, j’étais gêné par son pantalon. Il réagit en défaisant sa ceinture et son pantalon tomba au sol. Je me précipitais pour le sucer à nouveau. J’en profitais pour descendre son slip. J’avais le champ libre pour passer mes mains sur ses bourses, sa hampe, ses fesses musclées. Je léchais, aspirais son gros gland à genoux devant lui. J’adorais lui faire plaisir, être sa femelle, sa chienne soumise, je le branlais à deux mains tout en le suçant. Il me tint la tête et me baisa la bouche, quelques fois trop profondément, mais j’aimais ça ! « Tu l’aimes ma queue, hein ? » « Oh ouiii, c’est bon ! » Il se dégagea et dit : « Sophie, je vais m’occuper de ton beau petit cul maintenant, ...
«12»