1. Une soirée décisive


    datte: 23/03/2018, Catégories: hh, prost, parking, boitenuit, Collègues / Travail, voiture, hféminisé, Transexuels, trans, Oral, Oral, préservati, hdanus, init, Auteur: Alyssa,

    Résumé des épisodes précédents : Alyssa, jeune travesti de dix-huit ans, découvre le plaisir sexuel avec Driss, son boy-friend. La tendance d’Alyssa à se comporter en salope soumise provoque la rupture avec Driss. Alyssa, un peu en dérive et en rupture familiale, s’essaye pour la première fois à la prostitution lors d’une errance nocturne dans Lyon. Elle rencontre alors Rudy qui devient son nouveau petit ami. Il l’accueille chez lui, lui procure un travail. Alyssa peut enfin s’assumer tout le temps en fille, et elle décide de commencer un traitement pour devenir transsexuelle. Cependant, la tentation de se prostituer resurgit, suite à une proposition de Marco, son patron. ____________________________ Au cours de la soirée, Rudy vint me rejoindre au vestiaire pour me parler. — Alyssa ! Marco vient de me dire qu’il a proposé de te payer pour des prestations sexuelles avec certains de ses clients. Il paraît que tu as accepté. Selon lui, il t’a testée et il a pu constater que tu as un vrai potentiel pour la prostitution. Je n’arrive pas à le croire ! Est-ce vrai ? m’interrogea-t-il assez sèchement.— Ben oui j’ai besoin d’argent pour financer mon traitement hormonal, tu sais bien, répondis-je, un peu penaude.— Écoute, Alyssa ! Tu as le temps pour ce traitement. Mets de l’argent de côté et je t’aiderai financièrement dans la mesure de mes moyens pour compléter. Ce n’est pas une raison valable pour te prostituer !— Je ne sais pas Rudy Je crois que je n’ai pas trop envie d’attendre ...
    Et puis gagner 150 € à chaque prestation, c’est beaucoup d’argent ; et un travesti qui veut devenir transsexuelle a vraiment beaucoup de besoins. D’autant plus que je suis frivole et futile, tu me connais, et je n’ai pas envie de trop avoir à compter pour les fringues et tout le reste. Et puis, dis-moi Rudy, quel métier un transgenre sans diplôme et sans compétences peut espérer obtenir pour satisfaire son très coûteux désir de devenir une femme ?— Se prostituer, Alyssa, ce n’est pas anodin ! L’argent facile ne peut pas justifier le déni de tes sentiments et de ta personnalité au profit d’une relation strictement commerciale. C’est pourquoi la prostitution est forcément destructrice, Alyssa ! Aujourd’hui, tu es fraîche et belle ; mais après cinq ans de tapin, tu ressembleras à une saucisse mâchonnée et racornie car ce métier favorise tous les excès, l’alcool, les drogues, pour surmonter le traumatisme. Une déchéance rapide, voilà à quoi tu t’exposes !— Tu as raison pour la grande majorité des personnes confrontées à ce métier, mais je ressens en moi une très forte envie de faire le tapin ; c’est un désir irrépressible, pervers sans doute, mais c’est ma nature. En fait, au fond de moi je dois être une pute. Tu te souviens du lieu où tu m’as rencontrée ? Je ne m’étais pas égarée et retrouvée par hasard sur les quais du Rhône.— Tu veux dire que tu te prostituais déjà ?— Non, pas vraiment. Mais comme tu le sais, je me travestis depuis l’âge de 12 ans et je me sens fille depuis ...
«1234...11»