1. Amoureuse d'un routier


    datte: 24/03/2018, Catégories: Gay, Auteur: vlaadt,

    Amoureuse d’un routier En repartant du camp de vacances où j’avais bossé tout l’été comme ouvrier à tout faire, j’avais choisi de faire du stop pour rejoindre Paris au plus vite où m’attendait un boulot. Je me postais donc à l’entrée de l’autoroute. J’ai toujours eu de la chance en stop. Est-ce mon physique androgyne un peu efféminé me faisant un peu ressembler à une fille qui suscite cette chance ? Quoi qu’il en soit, je n’attendis pas longtemps. Un superbe camion américain s’arrête auprès de moi. J’aperçois le chauffeur qui me fait signe de monter. Et là mes fantasmes les plus fous se réveillent, le bonhomme était comme je l’ai toujours rêvé : massif, baraqué et tatoué, vêtu d’un marcel noir laissant apparaître un toison de poils renforçant sa virilité. Bref, d’une séduction folle. Je tombais immédiatement sous le charme et il s’en aperçu rapidement. Le camion repartit et je m’installais confortablement. On commença à discuter d’un peu de tout, de sa vie sur la route, de sa liberté, de ses rencontres, de son goût pour les femmes, et pour les hommes…, jeunes et beaux si possible, disant cela en me jetant un regard appuyé. L’allusion était claire. Il se mit à me questionner sur ma vie, mes amours, mes plaisirs. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui avouer que j’avais eu quelques expériences avec des garçons. « Cela t’a plus ? » me demanda-t-il. A mon air il compris que la réponse était oui. « Tu me plaît bien. Cela te dirait qu’on s’amuse tous les deux ? » Je n’ai pas osé lui ...
    avouer que j’attendais cela depuis mon arrivée de son camion. Il pris donc mon silence pour un oui. « Il va falloir que je m’arrête » dit il, sinon je dépasse le temps réglementaire de conduite. Une aire d'autoroute discrète se présenta, nous nous y engageames et il arrêta son véhicule. Mets-toi à l’aise, me dit il, j’arrive tout de suite. Il descendit les stores de sa cabine, nous rendant invisible pour l’extérieur. Je passe à l’arrière et je découvre son coin couchette, bien plus vaste que je ne le croyais, et commence à me déshabiller. C’est un endroit confortable, arrangé avec soin. Je découvre une série de god de différentes tailles qui provoque en moi un début d’excitation. Une petite lumière rouge tamisée donne à l’ensemble une ambiance agréable. Je suis nu, allongé sur le dos et me masturbe doucement en l’attendant. Il arrive enfin, imposant et massif, immédiatement hypnotisé par ma petite queue. Lui-même se déshabille rapidement, sans que j’ai le temps d’apercevoir son sexe, il se précipite sur moi et se met à me sucer frénétiquement, en admiration devant mon entre jambe qui le ravit. « J’adore ta queue » dit il en me léchant les couilles. Il descend plus bas, je l’aide en remontant mes fesses en prenant mes jambes dans mes bras. Sa langue sur mon périnée me donne des frissons incroyables. Je commence à gémir de plaisir. Il parvient jusqu’à mon petit trou, m’écarte les fesses et là c’est l’extase. Sa langue semble animée d’un mouvement rapide et continu qui m’électrise ...
«123»