1. Une région accueillante (1)


    datte: 28/03/2018, Catégories: Gay, Auteur: Robe's Pierre 89, Source: Xstory

    Après avoir hésité de nombreuses années, nous nous sommes enfin décidés à déménager en province. Originaire du Var, mon épouse ne s’est jamais vraiment adaptée à la vie parisienne et c’est tout naturellement que nous avons déposé nos valises sur les hauteurs de Toulon. Ayant tous deux atteint la trentaine et n’ayant pas d’enfant, les difficultés d’une telle aventure n’avaient rien d’insurmontable. Infirmière, Solange n’a pas tardé à trouver un emploi. Pour ma part, expert-comptable, cela n’était pas aussi facile. Chargé de la comptabilité de deux petites entreprises artisanales, je profitais de mon temps libre pour prospecter dans la région. Un après-midi en rentrant, j’ai vu sur le bord de la route un homme accompagné de son chien qui marchait d’un bon pas. La journée était chaude mais cela ne semblait pas le déranger. Arrivé à sa hauteur, j’ai ralenti pour lui proposer de le déposer. Il devait avoir une soixantaine d’années mais les portait plutôt bien. Les cheveux blancs taillés en brosse contrastaient avec sa peau bronzée. J’aurais parié pour un ancien militaire à la retraite. - Cela vous dit que je vous dépose ? - Volontiers mon gars. Le ton était sec mais, mais étrangement adouci par un sourire sympathique. Après avoir fait monter son chien à l’arrière, il s’installa et entama de lui-même la conversation. - Vous n’êtes pas d’ici vous ? - Pourquoi, cela se voit tant que ça ? - Personne ici ne porterait un costume par une chaleur pareille. Sans en savoir plus sur le ...
    personnage, je me suis mis à raconter mon histoire. Je luis faisait part des difficultés que j’avais à trouver des clients et des tensions que cela engendrait dans mon couple. Il écoutait sans montrer le moindre ennui et ponctuait certaines de mes confidences d’une boutade qui nous faisait rire tous les deux. En peu de temps nous avions sympathisé. Nous longions la forêt d’Ollioules lorsqu’il me demanda de tourner sur la droite. Il s’agissait d’un grand chemin qui semblait s’enfoncer entre les arbres. J’avais dû faire une drôle de tête car c’est en éclatant de rire qu’il m’annonça qu’il habitait là. En effet, dissimulée derrière un mur de végétation, je pouvais apercevoir une grille s’ouvrant sur un mas de Provence. Il s’agissait d’un mas modeste mais remarquablement situé avec vue superbe sur la mer. - Chouette coin dit donc. - Tu aimes ? - Faudrait être difficile. Tout en remplissant un bac d’eau pour son chien à la fontaine, il me raconta l’histoire de ce mas. Il avait appartenu à la famille de sa femme. Au décès de celle-ci, il en avait hérité. Une fois à la retraite il avait décidé de l’habiter en permanence. - Tu veux boire quelque chose ? - Un truc frais si tu as. - Bière ? - Oui, parfait. Lorsqu’il est revenu avec les bières, j’étais en train d’admirer le panorama. Le coin était vraiment tranquille et le paysage digne d’un roman de Giono. - Tiens, installe-toi là. Il m’indiqua un canapé en rotin à l’ombre d’un auvent fait de tuiles. - Ça te dérange si je prends une douche ...
«1234»