1. Mon Mac Allemand (1)


    datte: 28/03/2018, Catégories: Transexuels, Auteur: soumize67, Source: Xstory

    Mon Mac Allemand 1ère Partie : initiation Bonjour voici un petit récit, largement fantasmé ; mon « aventure » se déroule en Allemagne à quelques kilomètres de Strasbourg. Pour des raisons de simplification j’ai mis les dialogues en français. Pour information, en Allemagne les bordels sont autorisés, dans les grandes villes on les appelle "Eros Center", dans la campagne ce sont souvent des relais routiers avec une arrière salle ou une cave discrète, on les nomme "Bordell", tout simplement et ils sont très fréquentés. C’était il y a une dizaine d’années, j’avais 51 ans, veuf depuis plusieurs mois. Depuis des années je me travestissais occasionnellement, m’épilais intégralement, mais j’avais fait très peu de rencontres, je n’avais été sodomisé qu’une seule fois, avec difficulté. Depuis deux ans, je fréquentais une gravière en Allemagne, à quelques kilomètres de Strasbourg, j’avais appris par un partenaire éphémère dans un sauna que la plage sud était fréquentée par des homos et était naturiste. C’était vrai et j’y allais souvent en sortant du boulot, de mai à octobre. J’avais été dragué plusieurs fois (un mec au corps totalement lisse et à poil c’est forcément un pédé qui cherche ), j’avais toujours refusé car je cherchais un mec qui me baise dans un lit, pas dans les fourrés, je tenais à un minimum de confort et de discrétion. Je n’avais accepté qu’une seule fois, un vieux qui m’a emmené dans son appartement à quelques kilomètre de là ; mais il ne bandait plus, il m’a demandé ...
    de m’exhiber devant lui en travelo, m’a branlé, m’a léché le petit trou, ça j’ai adoré Mais je restais sur ma faim, je n’étais toujours pas une enculée Je m’installais toujours au même endroit, à quelques mètres d’un homme âgé, environ 65 ans, grand, assez enveloppé (je suis moi-même assez enveloppé), il me plaisait bien mais je n’osais pas l’aborder, nous nous disions juste bonjour /au revoir Ce jour-là je décidai de tenter ma chance, j’irai me baigner en sortant du boulot, mais cette fois je lui donnerai un signe ; je mis une petite culotte de satin rose avec dentelle grise, je m’arrangerai pour la voie bien quand j’enlèverai mon pantalon. Peut-être que cela sera suffisant pour qu’il devine mes intentions. Le moment venu, par chance il n’y avait personne d’autre à proximité immédiate, j’enlevai ma chemisette, puis mon pantalon, lentement pour il ait bien le temps de voir ma jolie petite culotte, quand je la retirai j’essayai de le faire de la façon la plus féminine possible. Quand je m’allongeai, il me fit un grand sourire, je suis sûre que j’ai rougi ; je lui ai également souri. De temps en temps je jetai un regard furtif et je constatai qu’il m’observait discrètement. C’était plutôt bon signe. J’allai nager quelques minutes, quand je revins à ma place il ne me quittait pas du regard, avec un petit sourire, mais ne disait rien ; de mon côté je ne savais comment engager la conversation, lui non plus visiblement. Le soleil tapait dur ce jour-là, je commençai à m’enduire de ...
«1234...10»