1. Crème


    datte: 08/04/2018, Catégories: fh, cinéma, facial, Oral, fdanus, fsodo, confession, Auteur: DuranDuran,

    Je viens de refermer la lourde porte de chêne de mon nouveau psychothérapeute. Je sors de cette première séance épuisée. J’ai le sentiment d’avoir beaucoup parlé, mais il semble être resté sur sa faim. À sa tête de vieux professeur chenu, j’ai compris que mon cas le laissait perplexe Je marche sur les trottoirs mouillés vers ma voiture, m’arrête, et regarde mon reflet dans la vitrine d’une boutique. Ai-je tant changé en cinq ans depuis que j’ai rencontré Stéphane ? Je vais avoir 30 ans dans quelques jours, je suis sûrement plus coquette, voire sexy qu’à notre première rencontre. Je sais mieux mettre en valeur la finesse de mes jambes et de ma taille. Mon visage est sûrement plus fatigué mais aussi plus expressif, et mes cheveux courts, bruns, bouclés, donnent un côté espiègle, mutin. La post-adolescente de 25 ans que j’étais, jolie sans le savoir, terne par timidité, effacée par pudeur, n’aurait pu imaginer l’enfer quotidien que je vis aujourd’hui. Je suis arrivée à notre appartement. La séance m’a épuisée physiquement mais mon cerveau est en ébullition. Tant de souvenirs, d’images, de goûts se mélangent confusément dans mon crâne, et le bain brûlant n’a rien changé à ma difficulté de relaxation. Bien sûr, j’avais connu d’autres garçons avant Stéphane, deux en fait, mais j’avais plutôt cédé à leurs avances d’étudiants libidineux. Pas par curiosité, plutôt par lâcheté ! Ils voulaient mon corps, ils l’avaient eu ! Point ! Pas d’amour, une expérience sexuelle pauvre et sans ...
    joie. Le sentiment du devoir accompli. Juste le souvenir d’un compliment sur la beauté de mes seins, et sur mon absence de pilosité pubienne. Et dire que je complexais à cause de cela Ah si, je me souviens bien avoir déjà un goût prononcé pour la fellation. J’adorais passer des heures à les sucer lentement, les lécher, aspirer, souffler, mordiller, branler très fort et ensuite doucement Mais je trouvais leur éjaculation dégoûtante ! Puis Stéphane est entré dans ma vie, un peu par hasard. Ami d’amie, mignon, invitation au cinéma, quatre fois, cinq fois, une main sur la cuisse, baiser volé, dernier verre chez lui, la tête qui tourne, baiser violent, on bascule sur le canapé, main sur mes seins, puis sous la jupe dans ma culotte en coton. Je ferme les yeux. Il me dit que je suis belle, je m’offre à lui. Puis nous avons pris nos habitudes. Il habite assez près de mon travail où je suis comptable. Par confort, j’ai fini par m’installer chez lui. Je me souviens bien de ma première fellation. Nous étions allongés sur le canapé, à regarder un match. Je portais simplement un de ses longs tee-shirts de basket aux couleurs des Chicago Bulls ; j’avais ma tête sur ses genoux et il caressait distraitement mes fesses. J’ai senti contre ma joue son sexe devenir dur. J’ai bougé un peu ma tête, doucement, générant des frottements qui l’ont excité encore plus, et qui inconsciemment lui ont donné un signal d’acceptation. Il a fait glisser son caleçon à ses chevilles et je me suis retrouvée avec son ...
«1234»