1. le scoop (4)


    datte: 09/04/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Hardcore, Partouze, Auteur: gegedepardieu,

    Après avoir passé une nuit plutôt chaude avec son nouveau patron Jo Nesthon, alias John Stone, Elena rentra à son hôtel où l'attendait son amie Rosalie. En effet, les deux femmes avaient convenu ce rendez-vous afin de faire le point sur les différents éléments à ajouter au dossier de l'avocate. Lorsqu'elle arriva à la réception, la jeune femme constata que son amie l'attendait déjà dans le hall. Elena et Rosalie se firent la bise et montèrent dans la chambre de la journaliste afin de bénéficier de plus d'intimité. — Bon, passons aux choses sérieuses. Qu'est-ce que tu as appris hier soir sur l'affaire ? — Rien de bien concluant. Tout ce que je peux dire, c'est que John Stone, qui se fait appeler Jo Nesthon là-bas, m'a traitée avec respect et ne m'a à aucun moment proposé de la drogue. — En effet, cela n'est pas très concluant. Cependant, le fait qu'il ne t'en ait pas proposé me permet de formuler deux hypothèses : la première est que John Stone connaît l'existence de la drogue dans sa cave et qu'il ne souhaitait pas que tu le saches. La seconde est qu'il ignore totalement le fait que la drogue se trouve dans sa cave et que ce soit quelqu'un d'autre qui l'ait placée là. — Ce sont deux hypothèses plausibles mais contraires l'une à l'autre. Comment s'assurer de la véracité de l'une ou l'autre de ces hypothèses ? — Tu as pris une photo de la drogue, il me semble. Est-ce qu'on reconnaît clairement l'endroit ? — Oui, je m'en suis assurée. Elena montra à Rosalie les clichés qu'elle ...
    avait pris la veille. L'avocate les examina les uns après les autres et en conclut qu'ils étaient recevables. — Parfait ! J'ai rendez-vous avec John Stone cet après-midi dans sa villa de Berverly Hills. Je pourrai utiliser ces photos pour lui soutirer les informations nécessaires. J'aimerais aussi que tu viennes avec moi en qualité de témoin. — Bien sûr, pas de problème. Les deux femmes conclurent leur entretien et se donnèrent rendez-vous plus tard dans la journée dans le quartier de Berverly Hills. En attendant l'heure de son rendez-vous, Elena décida de poursuivre la rédaction de son rapport pour le transmettre à son patron Pierre Roland. Lorsqu'elle eut relu et envoyé son rapport, Elena prit la précaution d'appeler Pierre Roland depuis son hôtel pour l'informer de l'avancée de l'affaire. Elle composa l'indicatif de la Suisse puis tapa le numéro de la rédaction du «20 Minutes». Après trois sonneries, la voix de son employeur se fit entendre dans le combiné. — Pierre Roland, «20 Minutes», bonjour ! — Bonjour, Monsieur. C'est Elena Ferrari. Je vous informe que je viens de vous envoyer par mail mon rapport sur l'affaire John Stone. — Parfait ! Je vais y jeter un oeil. Merci, bonne journée. — Merci, à vous aussi. La journaliste raccrocha le combiné et regarda sa montre. 13h45. Son rendez-vous approchait à grands pas. La jeune femme sortit de l'hôtel et prit la direction de Berverly Hills où l'attendait Rosalie. Dès l'arrivée de la journaliste, les deux femmes se dirigèrent vers ...
«1234»