1. La dette - 03


    datte: 09/04/2018, Catégories: fh, fhh, extracon, inconnu, boitenuit, Oral, pénétratio, Partouze, Auteur: Encre coquine,

    Résumé des épisodes précédents :«La dette - 01 »Quand son homme, fauché après une partie de poker bien arrosée entre amis, avait décidé de la jouer en dernière mise et avait une fois de plus perdu, le sang de Kathy n’avait fait qu’un tour. Bien décidée à lui faire payer cet affront, elle s’était parée de sa lingerie la plus coquine et avait suivi Pierre et Marc pour une soirée en trio, laissant derrière elle son petit mari et sa culotte soigneusement abandonnée sur le lit conjugal.«La dette - 02 »Toutefois, ce qui devait être une provocation plutôt gentillette prit une tout autre tournure lorsque Kathy atterrit dans les bras d’un mystérieux inconnu en quête de sa nouvelle soumise. __________________________ Le tumulte de la boîte reprit ses droits, envahissant, couvrant tout d’une brume et d’une insouciance onirique. On la saisit par le bras. — Te voilà ? Ça fait dix minutes qu’on te cherche ; t’étais où ? Pierre semblait agacé et inquiet. — Pourquoi, t’es flic ? La réponse avait fusé du tac au tac. — On n’a plus le droit d’aller aux toilettes maintenant ?— Ouais, ben préviens la prochaine fois.— Oh pardon, je pensais que vous étiez trop occupés avec vos poufs.— Tu parles Des allumeuses ! lâcha-t-il, visiblement déçu. Kathy sourit. — On y va ? Je suis claquée.— Pourquoi tu crois qu’on te cherchait ? Ils contournèrent la piste en direction de la sortie. Au vestiaire, Pierre, puis Marc donnèrent leur ticket à l’un des deux grands Blacks qui faisait également office de portier ...
    en début de soirée. Il disparut avant de revenir avec leur veste. Kathy tendit le sien Ils attendirent plus longtemps. Le second employé eut le temps d’amener une, puis deux vestes. Les deux larrons s’impatientaient et finirent par sortir. — On t’attend dehors ; trop besoin d’une clope, là. L’homme à la carrure de All Black réapparut les mains vides. — Excusez-moi, Madame, mais nous avons un petit souci. J’ai plusieurs sacs dont les numéros se sont détachés. Pourriez-vous identifier le vôtre ?— Oui, bien sûr.— Très bien, suivez-moi. Et il la fit entrer dans le sas. Ils passèrent une autre porte et entrèrent dans le local de stockage. Le mur de droite était tapissé de portemanteaux, celui de gauche d’écrans de contrôle qui permettaient visiblement de garder un œil sur chaque recoin du club. — C’est là-bas, dit l’homme en attirant son attention sur un méli-mélo de sacs posés au sol dans le fond de la pièce. Kathy s’avança. Des gouttes de sueur froide roulèrent le long de son dos lorsqu’elle reconnut le petit salon privé sur l’un des écrans. — Vous voyez votre sac là-dedans ? Elle reporta son attention sur l’enchevêtrement. — Oui Je pense qu’il est là-bas au fond. Elle se pencha pour l’attraper et, ne pouvant avancer plus loin, dut se tendre un peu plus pour l’atteindre. — C’est bien le vôtre ? En équilibre sur ses talons aiguilles, les jambes tendues à l’extrême, elle se plia encore pour pouvoir en vérifier le contenu. Le contact de la main chaude sur sa peau l’électrisa. Elle ...
«1234...»