1. Anne-Sophie manie la webcam au doigt et à l'oeil


    datte: 09/04/2018, Catégories: f, h, fh, couple, telnet, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, fmast, hmast, Voyeur / Exhib / Nudisme, mastf, masth, Auteur: 5ème sans ascenseur,

    Elle appelle ça sa petite tradition de Noël. Chaque année, Anne-Sophie passe la semaine des fêtes seule chez son père, sur la côte basque. À trente ans, elle n’est plus tout à fait célibataire puisqu’elle partage maintenant son lit et sa vie avec James. Cette année, elle a bien pensé à l’inviter dans la grande villa du bord de mer. Mais il a préféré rendre visite à son meilleur ami exilé à l’île Maurice. Tant pis, il viendra l’an prochain. Après tout – comme ils se le disent parfois en plaisantant – ils ont toute la vie devant eux. Pourtant cette année ne ressemble pas aux autres. Cette pensée a envahi son cœur dès son arrivée. L’exclusivité savoureuse de sa relation papa-poule/fille-unique disparaissait. Depuis que sa mère avait filé au bras d’un pseudo acteur de série B turque de vingt ans son cadet, Anne-Sophie avait coupé les ponts et se satisfaisait de sa relation avec son père. Indépendante, cela ne la dérangeait pas le moins du monde de passer ses journées avec lui, à glandouiller dans la maison, à bouquiner ou encore à chevaucher sur les longues plages du coin. Non. Ce qui ne va pas, c’est de savoir que son mec lui manque. Cette sensation est assez nouvelle et ne lui plait qu’à moitié. Pourtant, force est de constater que le lit lui paraît bel et bien trop grand et que les draps restent désespérément glacés. Les nuits passées seule dans sa vieille chambre au papier peint à motif floral ne lui conviennent plus. Avant que James parte, ils ont passé une dernière nuit ...
    torride. Ils aiment le sexe tous les deux et elle se vante souvent à ses amies de continuer à baiser comme au premier jour. Elle a pourtant le rouge au front en repensant à cette fameuse nuit et à l’ardeur de son mec la besognant en levrette à même le sol, tout en se servant une coupe de champagne sur sa croupe offerte. Ce soir-là, elle s’était étonnée, mais elle avait aimé ça. Elle avait aimé qu’il lui fasse sucer l’épais goulot de verre pour qu’elle finisse les dernières gouttes de champagne dont le goût s’était mélangé à celui de sa semence qu’elle venait d’avaler. « Mariée dans l’année », c’est ce qu’il lui avait amoureusement chuchoté sur l’oreiller avant qu’elle ne s’endorme. oooOooo Depuis son arrivée en province Anne-Sophie s’abandonne chaque soir. Se caressant consciencieusement comme elle le faisait adolescente. Les images de son homme (et de ses amants nocturnes) se bousculant dans sa tête pendant qu’elle se cambre lentement, ondulant lascivement contre un édredon piégé entre son bas-ventre et le matelas. Collégienne, elle utilisait cette technique pour jouir en silence, le visage enfoui dans l’oreiller, et protéger ses draps des traces blanches qui éveilleraient les soupçons de sa mère. Aujourd’hui elle continue par habitude. Par nostalgie peut-être. Toujours est-il que ce ne sont plus les palots baveux échangés avec Brian le boutonneux ou Pierre le grand dadais qui alimentent ses divagations. La belle femme qu’elle est devenue a beaucoup fait l’amour. Elle a aussi ...
«1234...7»