1. LE CHANTIER (2)


    datte: 12/04/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: CHRIS71,

    Il a fallu que j’arrive à vingt cinq ans de mariage pour avoir une aventure avec un beau Bulgare qui travaille dans le chantier qui vient de démarrer à côté de chez nous. Il est venu se rafraîchir dans ma piscine alors que je venais de finir un bain de minuit. En quelques minutes sa bite énorme m’a subjugué et réalisant un de mes fantasmes, je suis devenu littéralement sa chienne, j’ai même dit sa truie. Il doit revenir ce soir et ma chatte encore empli de son sperme car il m’a interdit de me laver me rappellent les nombreux orgasmes qui ont dévasté mon corps. À l’heure où il doit me rejoindre un mouvement de pudeur vite réfréné me fait penser à rester enfermé mais le plaisir pris hier au soir me fait revenir sur cette décision et à la tombée de la nuit je m’allonge sur mon lit de plaisir au bord de ma piscine. Il ne faut pas longtemps pour que mon beau sexe arrive sa queue déjà tendue. Il s’approche de moi et m’embrasse tendrement, j’aime sa langue qui roule sous la mienne et ce que j’apprécie, c’est qu’il a mangé du mentholé qui lui donne, une haleine très fraîche et agréable. Toujours aussi direct il me met la main à la chatte et relève ses doigts pour les humer. • C’est bien madame, sens, tu sens bon. Il replonge ses doigts, les ressorts et après me les avoir faits, sentir me les met dans ma bouche. Je les suce avidement voulant lui faire voir que je lui appartiens et qu’il peut comme hier faire tout de moi. Ce qui m’a manqué au réveil lorsque j’ai repensé à notre nuit, ...
    c’est de ne pas lui avoir sucé cette queue magnifique. Je ne veux pas avoir de regret deux jours de suite, je me penche et je suis heureuse de la recevoir jusque dans ma gorge. Je dis bien dans ma gorge car il me fait mettre la tête en arrière et appuie pour que son bâton entre en entier en moi. J’aurai été folle de passer à côté d’un tel plaisir. Mais une fraction de seconde cette maudite éducation revient me dire que je suis une salope. Mon cœur est peut-être amoureux, voire plus mais il me reste un zeste de lucidité. Que va-t-il se passer au retour de Gaétan ? Sa queue qu’il me distille avec parcimonie en me donnant l’impression de ne faire que son devoir conjugal est un gros problème car comment comprendrait-il que, du jour au lendemain je lui saute dessus comme la chienne que j’accepte d’être pour mon beau Bulgare. N’aura-t-il pas un doute sur ma fidélité et ne me jettera-t-il pas me privant de mon confort que j’apprécie tant. Où vivrai-je ? Dans sa cabane de chantier entouré des autres ouvriers, il vaut mieux que je vive au jour le jour et que je profite du moment présent pour boire le sperme qui finit par dégorger de sa queue. Je suis frustré car je les fais partir dans ma bouche trop vite et mon sexe brûle de recevoir sa part de plaisir comme il a su si bien le faire hier. J’oublie que j’ai à ma disposition pour quelques jours un sexe, le sexe dans toute sa splendeur et que le temps qu’il saute à l’eau et revienne se coucher sur moi sa bite a repris toute sa splendeur ...
«1234»