1. Ma vie rêvée (1)


    datte: 12/04/2018, Catégories: Partouze, Auteur: jazzwoman, Source: Xstory

    Bonjour, moi c'est Anne-Lise, grande blonde de 26 ans, les yeux bleus, je mesure 1m78 pour 56kg avec un tour de poitrine de 90 C. Je sors d'une relation de cinq années qui m'a éloignée de celle que j'étais ou aurais pu être. Mon ancien compagnon était quelqu'un de tendre et attentionné, mais extrêmement conventionnel (éducation très pieuse). Je veux simplement dire que les choses libertines n'ont jamais dû lui travailler l'esprit, à mon grand regret. Je ne peux pas dire que j'étais malheureuse au début de notre relation ; comme pour toute nouvelle relation, l'euphorie est présente, mais cela s'envole si nous ne prenons pas le temps d'attiser la flamme de notre désir. À mon grand désespoir, les sorties en amoureux ont laissé place à des soirées devant la télévision, seule pendant qu'il organisait des soirées jeux vidéos avec ses amis en buvant quelque bières. J'ai pris l'habitude de croiser le soir deux de ses amis, François et Simon, lors de leurs venues régulières. Avec le temps, ils se sont vite aperçus que cela commençait à me saouler, le comportement que pouvait avoir mon ex envers moi. Je peux dire maintenant que j'étais devenue la femme au foyer modèle : je n'étais là que pour le ménage, la vaisselle, la lessive, vous aurez compris l'idée. Un soir, une fois l'épisode de ma série fini, je me dirigeai vers la cuisine ouverte sur le salon, me servis un verre d'eau avant d'aller me doucher et me mettre au lit. Les deux amis de mon homme étaient là en pleine partie de FIFA. ...
    Simon me regarda et me demanda si tout allait bien ; je lui répondis un peu sèchement que non, que je ne comprenais pas l'intérêt de jouer à la console quand il y avait une femme à la maison. Les deux amis me regardèrent avec un sourire que je ne compris pas sur le coup : le message était destiné à mon copain qui ne prit même la peine de relever la petite pique à son attention. Je leur souhaitai une bonne soirée, me douchai et me couchai avec le sentiment d'être incomprise. Quelques jours après, je pus profiter un peu de ma journée : étant en congé, je pus faire une grasse matinée, chose que je m'accorde très peu. J'ouvris donc les yeux et je vis qu'il était déjà plus de onze heures ; je me dis alors que j'avais encore le temps de rester au chaud sous la couette. Malheureusement pour moi, j'entendis la sonnerie de la porte et je me demandai qui pouvait venir me déranger alors que j'étais si bien. Je me décidai donc à sortir de mon lit et attrapai mon peignoir afin d'ouvrir la porte dans une tenue un peu plus décente que la nudité dans laquelle je me trouvais. J'ouvris la porte et je vis derrière celle-ci François et Simon ; je fus fort surprise car ils devaient savoir que mon chéri était à son travail. Par politesse, je les fis entrer et ils s'installèrent dans le canapé. Voici à peu près ce qui s'est dit à ce moment-là : — Je suis très surprise de votre venue ; Éric ne vous a pas prévenus qu'il travaillait aujourd'hui ? — Nous sommes au courant qu'il travaille ; hier soir, ...
«1234»