1. Elle est au nord mais Antoine était à l'ouest


    datte: 13/04/2018, Catégories: fh, fhh, extracon, extraoffre, copains, médical, handicap, fsoumise, humilié(e), chantage, photofilm, intermast, Oral, Oral, sm, extraconj, Auteur: Plume de crapaud,

    Antoine est à New York, profitant au maximum, pour la dernière année, de la carrière de son père à Air France. L. É vient enfin d’obtenir son permis de conduire. Elle a envie de conduire pour améliorer sa maîtrise de la 107. Elle décide de joindre l’utile à l’agréable en rendant visite à ses amis pour exhiber ses talents de pilote. Elle commence par Greg. Elle arrive dans sa rue. Elle l’aperçoit sur le toit de la maison de ses parents. Elle klaxonne et lui fait signe. Il lui répondcoucou de la main et là, c’est le drame : il perd l’équilibre et tombe. Dans sa chambre d’hôpital, les deux bras dans le plâtre, il vient de recevoir la visite de ses amis qui sont sur le point de partir. GREG - L. É, je peux te parler deux minutes en privé ? L. É. - Allez-y partez devant fumer vos clopes, je vous rejoins sur le parking. GREG - Je sais que si vous faisiez un plan à trois avec un autre mec c’est moi que vous choisiriez. Elle se dit qu’Antoine aurait pu au moins la prévenir qu’il l’avait dit à Greg. GREGenchaîne - J’en suis très flatté. Voilà, j’ai une grande faveur à te demander, ça restera entre nous, en tous cas c’est pas moi qui irais le raconter. L. É - Vas-y je t’écoute. GREG - C’est vraiment moche d’être dépendant des autres à ce point. Je le montre pas mais je me sens humilié. L. É - Mais t’as aucune raison. C’était même pas de ta faute l’accident. Ils ont dit que la toiture avait Greg la coupe : — Je ne peux même pas répondre au téléphone, ni me torcher. L. É - Tu me fais ...
    peur. C’est quoi cette faveur ? GREG - Je ne peux pas me masturber. J’ai l’impression que mes couilles vont exploser. Chaque fois qu’on me lave, j’ai la gaule, même si c’est un thon. Le pire c’est que j’ai l’impression qu’elles se foutent de moi. Hier, elles étaient deux. Elles n’arrêtaient pas de se lancer des petits regards. L. É - Tu fais de la parano. GREG - Elles ont éclaté de rire en sortant. J’ai la barre dès qu’il y a une fille dans la pièce. L. É jette un coup d’œil furtif. La bosse sous le drap confirme la véracité des dires de son ami. Elle rougit légèrement tandis qu’il poursuit sa plaidoirie : — Écoute, ça en devient douloureux, je fais des rêves cochons toutes les nuits et ça me réveille. Ça me démange et je ne peux rien faire. Fais quelque chose. Elle le regarde tout étonnée. GREG - Fais-moi une branlette, je t’en supplie L. É - Non, ça c’est pas possible. Je suis désolée. GREG - Y en aura pas pour long, quelques mouvements de poignet sous le drap et je serai libéré. Vois ça comme un acte médical. L. É - Je peux pas faire ça à Antoine. Faudrait déjà qu’il me donne son accord avant et puis que GREG - Tu sais bien qu’il est pas joignable. Je le connais, si tu le trompais, il préférerait ne pas le savoir. Je ne te demande pas de le faire cocu, je te demande un service particulier dans des circonstances très particulières. Je ne sais pas vers qui d’autre me tourner. L. É se lève en murmurant : — Je suis vraiment désolée. Elle part rejoindre les autres. Toute la fin de ...
«1234...»