1. Au cinéma


    datte: 14/04/2018, Catégories: Anal, Transexuels, Auteur: valeriecheriecoquine, Source: xHamster

    Je me sens si bien, si femme qu’après le départ de Jean, j’ai envie de sortir en ville. Envie d’exhiber ma féminité. Je me retrouve dans la rue, et vais m’installer à la terrasse d’un café. Je porte une courte robe en lainage bleu ciel, assise dans un fauteuil en osier, elle remonte sur mes bas. Les passants se régalent de la vue de mes cuisses et je regrette de ne pas avoir mis de porte-jarretelles… Je feuillette un journal de pub, et je découvre qu’il existe encore un ciné X dans le quartier. Je suis tentée. Mais avant, je veux profiter de ma sortie pour m’exhiber et jouer les salopes. Pour cela je rentre au « printemps ». Je flâne entre les rayons et tout naturellement je me retrouve au rayon lingerie. Je fouille sans crainte des regards hostiles dont j’étais l’objet quand j’étais en homme. Je me régale de sentir sous mes doigts la douceur de la soie, de la dentelle. Toutes ces fanfreluches m’excitent. Quel plaisir !!! Un homme, la quarantaine bien marquée me regarde et sourit à mon manège. Je lui montre bien que je ne m’intéresse qu’à la lingerie fine, j’examine des strings, des boxers de dentelle, guêpières et autres porte-jarretelles. Pour terminer je prends deux paires de bas gris. Mon admirateur est toujours là, je vais m’amuser un peu avec lui. Je me dirige vers le rayon chaussures. J’essaye plusieurs paires d’escarpins ou de sandales à talons. Assise sur un tabouret, j’écarte les cuisses plus qu’il ne faut pour lui montrer mes dessous. Il n’hésite pas à se déplacer ...
    pour avoir un meilleur angle de vue. A chaque fois que je me lève il sourit en me regardant. Je fais quelques pas pour essayer les chaussures et avec les talons hauts je me déhanche outrageusement. Le regard désapprobateur d’une femme m’incite à continuer mon manège. Mon voyeur n’en perd pas une miette. Mon petit cul mouille et « mange » la ficelle de mon slip. Je ressors du magasin sans autre achat que mes bas. Je flâne un peu sur les trottoirs pour tordre un peu mon petit cul sous les regards envieux de ces messieurs. Tous les hommes sont vraiment des cochons… et je les aime comme ça. J’arrive devant l’entrée du cinéma. Exactement comme il y a 20 ans. Un rien sordide… une dame d’un certain âge qui a dû se recycler après quelques années de trottoirs se tient derrière la caisse. Malgré son âge, elle reste très présentable. Un chemisier noir légèrement transparent et beaucoup trop serré laisse deviner son soutien-gorge qui a quelques difficultés à contenir une forte poitrine. Sa coiffure stricte est compensée par un maquillage outrancier, en particulier des lèvres charnues peintes en rouge agressif. - une place s’il vous plait ? - pas de problème, on vient s’encanailler ma chérie - je pense que c’est le bon endroit non ? - ah pour ça pas de soucis, il en a vu des queues et des chattes ce cinéma… - arrêtez, vous me faites déjà mouiller… - eh bien… tu m’as l’air d’une bonne salope toi ! Mais attention tu ne te fais pas payer. - pas de soucis mamie, le cul c’est pour mon plaisir… ...
«1234»