1. Avec des amies comme ça (6)


    datte: 15/04/2018, Catégories: Trash, Auteur: Victor_lepieux, Source: Xstory

    glands est atroce, j’essayais de me détourner d’une bogue de châtaigne, mais Jeanne me l’interdit. — En ligne droite salope ! Je sentais les piquants me rentrer dans la chair. Ramper nue dans les bois est une des pires expériences qui soit, j’imagine que certaines pourraient penser qu’il s’agit d’une communion avec la nature. Et c’est assez vrai, on sent la terre grouiller de vie, et venir sur notre corps. Ce n’était plus seulement les fourmis qui s’insinuaient dans ma chatte que je sentais, mais aussi des insectes se déplacer sous moi. Et à la vitesse de limace où j’allais, je sentais les bêtes grimper sur moi, sur mes fesses, mon dos. Je me couvrais aussi de terre et d’humus, ma chatte frottant contre le sol n’avait que pour effet de m’exciter encore plus, je frottais mon bassin contre les bosses espérant soulager mon envie, mais cela ne faisait que l’exacerber. J’avais l’impression de laisser une trace de mouille derrière moi, comme un escargot. J’étais un mollusque au milieu d’insecte Arrivée aux pieds de Jeanne, mon corps était un nid de bestioles me démangeant et me courant dessus : — Alors, Pupute ! Qu’est-ce qu’on dit ? — Je suis un misérable ver de terre, une pauvre merde, indigne de votre chatte. — C’est bien vrai ça, j’espère que tu réalises l’honneur que je te fais Maintenant, renifle-moi la chatte. Je me mettais difficilement à genoux et respirais l’odeur de sa culotte le nez contre celle-ci ; je sentais qu’elle était excitée – bien moins que moi —, mais ...
    suffisamment pour être bien chaude. — Vas-y, arrache-la ! Je saisissais la culotte avec les dents le plus délicatement possible, et la tirais vers le bas. Arrivée à ses genoux, elle se remit à me commander. — Supplie-moi de te laisser me lécher ! — c’est trop, je ne la mérite pas ! une chatte comme ça, si belle ! Poser ma sale langue dessus, elle a l’air tellement délicieuse, un tel régal pour moi — Vas-y, lèche ! lèche ! Je plongeais ma tête entre ses poils pubiens et lapais énergiquement Le plus vite elle jouirait, et le plus tôt elle me détacherait les mains pour que je puisse calmer mon excitation. Elle marqua son rythme me plaquant la tête et fléchissant les jambes à mesure qu’elle prenait plaisir. J’avais le visage trempé de sa mouille, pendant que j’enfonçais ma langue dans sa chatte. Elle se frottait la chatte et le clito avec mon visage. Ses mouvements frénétiques trahissaient le plaisir qu’elle avait eu à me voir ramper comme un ver. Observer une de ses camarades de classe prête à se trainer sur la terre humide pour lui lécher la chatte l’avait excité au plus haut point. Il ne lui fallut pas longtemps pour qu’elle jouisse alors que j’avais encore mes lèvres collées à sa chatte. Satisfaite elle m’écarta de son sexe et m’ordonna de me remettre à plat ventre devant elle. Je le fis, et elle m’écrasa sa chaussure sur les cheveux me plongeant le visage dans la terre pendant qu’elle s’essuyait la mouille et remettait sa culotte et son pantalon treillis. Finalement rhabillée, elle ...