1. Tapón del Darién - 8


    datte: 15/04/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, BDSM / Fétichisme, Lesbienne, Auteur: mia-michael, Source: xHamster

    Ici, on doit remercier quand on s'est fait fouetter! L'homme donne son fouet à Hildegarde. Oh, que oui, je vais remercier! C'est elle la patronne ici et elle a un fouet en main. Des hommes et des femmes et même des chiens qui lui obéissent. Alors, j'ambrasse sa grosse vulve poilue et mouillée. Elle est très excitée, fouetter une fille sans défense c'est son truc! On est loin de la mer, mais elle sent bien la marée pas fraîche! Malgré qu'elle soit entourée de femmes toutes prêtes à lécher la patronne... Pas besoin d'une grande technique, au point elle est. Je fais un peu frétiller ma langue sur son clito, puis je le suce doucement... J'enfonce deux doigts dans son vagin, un gémissement m'encourage. Bon, j'en enfonce trois, puis quatre... Pas besoin d'enfonce ma main complètement, ni l'autre, ni mes pieds... car elle jouit en collant mon visage contre sa chatte. Au secours, je vais étouffer et me noyer! Non, elle me repousse! Elle a jouit, point. Elle dit, &#034Debout!&#034, tout en envoyant un coup de fouet sur mes fesses meurtries. &#034Va rejoindre les autres!&#034 &#034Aaaiee! Oui, Maîtresse!&#034 Même pas la reconnaissance de la chatte! Elle fait signe à un gars que j'arrive. Mon royaume (c'est une façon de parler) pour une lingette, pour m'essuyer le visage! Ils sont assez loin, mais j'entends un garde donner un ordre et un grand chien coure vers moi! 50 ou 60 kg de muscles avec des mâchoires bourrées de dents, quand ça vous fonce dessus, ça fait de l'effet! Qu'est ce ...
    qu'il veut ce monstre?? Il vient se mettre derrière moi et il aboie. Je comprends bien le message, &#034grouille-toi ou j'te mord le cul&#034. Ok je cours... J'ai mal dans tous le bas du corps du haut des fesses aux mollets! Il court derrière moi mais n'aboie pas. J'arrive chez le garde, haletante. Il me montre une grossière paire de sandale, que je mets aussitôt. Un peu plus loin, une série de femmes en rang retourne la terre d'un champ. Ce qui est surprenant c'est que ce sont toutes fines et belles! Elles ne ressemblent en rien à des ouvrières agricoles! Il y a des gardes qui les surveillent et ils sont bien sur armés des mêmes fouets qui pincent cruellement mais ne blessent pas. Derrière, ce champ il y en a du coton arrivé à maturité. C'est beau! Le garde me confie à une femme. Elle me demande mon nom, ensuite elle me donne un panier et appelle une des filles qui travaille. Celle-ci arrive aussitôt. Ce n'est pas une négresse (comme on dit, ici), mais un mannequin blond! C'est surprenant! &#034Une nouvelle. Montre-lui comment faire.&#034 &#034Oui, Madame.&#034 Je vais avec la fille dans sa rangée. Elle m'explique, &#034Tu prends délicatement la touffe de coton et tu la mets dans ce panier. Tu ne mets ni feuilles, ni branchettes, ni insectes, bien sûr.&#034 Je lui murmure, &#034Ce n'est pas trop dur ici?&#034 &#034C'est dur, mais il y a de loin pire. Travaille parce que sinon tu vas te prendre des coups de fouet! Elle ajoute, &#034Fais le au rythme des autres pas plus vite ...
«1234»