1. Elle


    datte: 15/04/2018, Catégories: f, ff, vacances, plage, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, Oral, Oral, 69, Auteur: Kitty Lévine,

    sur ma libido fit que je me lâchai, une main nonchalamment posée sur ma jambe, sous mon livre, et qui partit soulager quelque peu ma tension par quelques attouchements discrets et tellement bienfaiteurs. Puis ses jambes firent un balancier et touchèrent le sol, toujours soutenues par ses mains. Et elle resta là, immobile, le cul en l’air. Je profitai qu’elle ne pouvait me voir pour intensifier le mouvement de mon index qui me fit vibrer, tant par le geste que par mon excitation. J’étais excitée par son exhibition et en même temps par la mienne car elle ne pouvait me voir mais Petit à petit, durant l’éternité qui dura quelques dizaines de secondes, je me lâchai. Je laissai mon livre, écartai une jambe et je me caressai frénétiquement. Un signal d’alarme, juste le tressaillement d’un muscle, me fit arrêter mon geste et refermer mes jambes. Mais mon livre n’était plus là pour cacher ma main emprisonnée entre mes cuisses fermées. Je donnais le change en posant mes lunettes de soleil, le regrettant presque aussitôt : je ne peux plus espionner, je regarde ! Elle s’était redressée par une succession d’équilibres que je ne comprenais pas et elle pivota, m’offrant de nouveau la vue de son cul, son petit cul de danseuse bien rebondi. Elle entama alors une succession d’adages tout aussi sensuels les uns que les autres. Pendant ce temps-là, interrompue dans mon excitation, je me mis à réfléchir. Que m’arrivait-il encore ? Le mois dernier, non seulement d’avoir participé à diverses ...
    expériences sexuelles, j’étais tombée amoureuse de deux filles à la fois. Pas simple à gérer dans ma tête. Au point que cette petite semaine sur une île grecque m’aidait à mettre de l’ordre dans ma tête. Et voilà qu’une fille sortie de je ne sais où venait mettre son corps de muse sous mon nez alors que je bronzais, à poil sur une plage déserte ! J’avoue que je ne savais que penser de tout ceci. Le hasard ? Toujours était-il que mon corps réagissait. Je me rendais compte que j’étais affamée de sensations nouvelles. Que risquais-je ? Rien. Cette fille n’allait pas être choquée si j’allais plus loin devant elle. Et même, je m’en fichais ! Je dus fermer les yeux un instant, et lorsque je les rouvris, elle était assise en position du lotus, face à moi, fixant ma main, la sienne se dirigeant vers son bas-ventre, avec un petit sourire mutin. Instinctivement j’avais repris de douces caresses et mes jambes s’étaient naturellement rouvertes. Intérieurement, j’eus un instant de panique mais son geste apaisa mes appréhensions aussitôt. Du coup, sans me poser de question, je me mis à genoux, les jambes écartées, et commençai à m’exhiber, les deux mains occupées, l’une avec mon bouton, l’autre, munie de deux doigts inquisiteurs, entamaient un lent va-et-vient. Elle me sourit plus franchement et entreprit de faire pareil, et c’est une masturbation en miroir qui entreprit de nous emmener, l’une et l’autre, vers une jouissance qui monta doucement avant d’éclater longuement dans des râles conjugués ...