1. Le récit de ma vie (2)


    datte: 15/04/2018, Catégories: Masturbation, Partouze, Auteur: gd_max,

    devait faire environ 1m60, avec un bon 95C en taille de poitrine. C'était une fille qui pouvait faire tomber des hommes, seulement seul son travail était important à ses yeux, et elle s'y consacrait à 100%. Malgré cela ses notes étaient limites, ce qui n'allait pas l'encourager à lever le pied. Du coup j'ai foncé, continua Enzo, je lui ai dis que moi j'étais partant, et là tu sais ce qu'elle me répond ? Que je prendrais ça trop sentimentalement, et que mon amour pour elle lui ferai perdre du temps. Je t'avoue que j'ai eu un temps pour m'en remettre, tellement c'était gros comme conner... Ok, et donc ? Donc j'ai besoin que tu me prêtes ton appartement, pour faire une soirée. Heu ? Et en quoi... J'ai déjà essayé de la voir chez elle mais maintenant qu'elle connaît mes intentions, elle veut pas me voir. Alors que si on fait la soirée chez toi, je pourrai la serrer quand elle pensera à autre chose qu'au taf. Vous ne devez sûrement pas comprendre totalement son raisonnement n'est ce pas ? En fait il faut savoir que Enzo n'avait pas d'appartement en ville, il prenait le train matin et soir pour rentrer chez ses parents. Donc faire une soirée chez lui n'était pas possible. D'accord Sérieusement ? Enzo souriait déjà. Oui, oui, je vais la convaincre de lâcher un peu son travail pour jeudi prochain et on se fait ça. La semaine suivante, je me suis fait aidé de Maelyne et d'autres amies pour convaincre Noémie de venir, que ça lui ferait du bien. Elle a fini par accepté. Enzo ...
    jubilait de son côté, me remerciant d'organiser ça, même si personnellement, je pensais qu'il finirait la soirée avec une bonne vieille gifle. Quand à moi, je n'étais pas très heureux d'avoir accepté aussi vite : si les deux tourtereaux s'envoyaient en l'air, ça serait chez moi, et vu la taille de l'appartement, je n'aurai pas d'autre choix que d'aller faire un tour dehors en pleine nuit... Le jour J arriva, l'ambiance était au rendez-vous. Musique, bières, apéritifs alcoolisés, danse... Tout le monde avait l'air de s'amuser. Formule classique mais efficace quand on se sent à l'aise entre amis. Aucun voisin furieux (ils avaient été prévenus) n'est venu tambouriner à ma porte. Au fil de la nuit, mes amis repartaient, les « Sam » conduisant, les autres se laissant conduire vers leur future gueule de bois. Au final, et comme par hasard, il ne resta plus que Noémie et Enzo, Thomas et moi. Je mis un peu à la porte Thomas, qui heureusement, ne m'en fut pas rancunier ultérieurement. Je suis revenu dans la cuisine ranger un peu, puis je suis allé voir ce que faisait Noémie et Enzo. Apparemment, il avait réussit à la convaincre car il avait sa main sous le t-shirt de Noémie, et ils s’embrassaient à pleine bouche. Elle était allongée sur mon clic clac, pendant qu'il la caressait. Je voyais sa main passer de la poitrine de la jeune blonde à son ventre, ses cuisses, puis remonter à nouveau. Il l'embrassait maintenant dans le cou, et elle semblait aimer ça, à la façon dont elle commençait à ...
«1234...»