1. Tante Justine


    datte: 15/04/2018, Catégories: Mature, Auteur: mistermaturelover, Source: xHamster

    petit de son clitoris par de doux coups de langue. De mes mains, je caressais ses hanches, et parcourais le haut de son corps jusqu’à malaxer ses seins, si doux eux aussi, et dont les tétons offraient une accroche à mes doigts baladeurs. Je plaquai alors ma bouche sur son petit bouton et, ce faisant, je sentis Kelly se laisser parcourir de spasmes, tout en caressant mes cheveux. Je continuai par quelques coups de langue et descendis un peu, pour lécher l’intérieur de son sexe, maintenant franchement ouvert. J’adorais entrer ma langue dans cette grotte chaude et humide, et essayer d’en atteindre les parois avec le bout de ma langue. C’était presque frustrant de ne pas avoir une langue plus longue pour mieux en profiter, mais visiblement ce traitement faisait son petit effet. Je sentais Kelly souffler de plus en plus fort, à intervalles rapprochés. Je remontai alors vers son clitoris, et infligeai des coups de langue rapides sur ce bouton en érection. De la main droite, je caressai son sexe, et hasardai un doigt en son orifice. Ne rencontrant aucune résistance, je l’introduisis doucement, explorant enfin cette grotte avec avidité. Les gémissements de Kelly devinrent encore plus forts, et finalement, je la sentis libérer sa jouissance, dans un râle expressif. Je quittai alors ma position pour me remettre à son niveau, et contemplai son visage satisfait. — J’espère que tu vas me rendre la pareille, lui dis-je en plaisantant. Je savais qu’après un orgasme, Kelly ne souhaitait ...
    qu’une chose : dormir. — Peut-être tout à l’heure ? me dit-elle en riant. Pour l’instant, je suis fatiguée… — Tout à l’heure, alors ! Je te le rappellerai, ne t’inquiète pas. Kelly se retourna en poussant un gémissement de plaisir, et elle ne tarda pas à s’endormir comme une masse. Le voyage avait été long depuis Paris, et elle comptait bien profiter de son week-end pour se reposer. Soit, me dis-je, mais moi, je reste sur ma faim. Je n’avais pas envie de dormir, et je me dis que j’allais me prendre une douche. J’attrapai une serviette, et me dirigeai vers la salle de bains qui se trouvait au fond de la maison. À mesure que je m’approchais, j’entendais ma tante, Justine, qui élevait la voix contre Vincent. Visiblement celui-ci ne souhaitait pas participer au nettoyage de la maison. C’est alors que je l’entendis prononcer ces horribles paroles d’enfant pourri gâté : — De toute façon, c’est ton boulot de nettoyer la maison. Moi, je suis en vacances. Sur ce, Vincent détala, probablement pour s’enfermer dans sa chambre. Je vis alors Justine, le visage défait, déconcertée par tant d’arrogance de la part de son propre fils. Elle réalisa ma présence, et son visage sembla se détendre un peu. — Je suis désolée que tu aies assisté à ça, dit-elle. Ce n’est pas une mince affaire, d’élever ses enfants. Je la sentais néanmoins au bord des larmes, et je m’approchai pour la réconforter. Je mis une main sur son épaule, et lui dit : — Écoute, il finira par prendre du plomb dans la tête, et il se ...
«1234...»